La police britannique a trouvé une énorme plantation de cannabis dans un abri nucléaire

Trois immigrés sans papiers étaient enfermés sur place, forcés de cultiver les plants.

https-%2f%2fblueprint-api-production-s3-amazonaws-com%2fuploads%2fcard%2fimage%2f394168%2f495b970b-66cf-463e-ad1b-b09ee2dc7ed1

Pratiquement toutes les pièces du bunker étaient dédiées à la culture du cannabis. (© Police du Whiltshire)

Après l'exploitation de cannabis du Legoland de Windsor il y a trois semaines, la police anglaise a encore fait fort en découvrant une énorme plantation de weed dans un ancien abri nucléaire. Lors d’une descente, dans la nuit du 22 au 23 février, la brigade du comté du Wiltshire a mis la main sur des centaines de plants de marijuana dont la valeur totale est estimée à 1,1 million d’euros.

Publicité

Destiné à l'origine à abriter des dignitaires en cas d'attaque, le bunker antinucléaire de Chilmark, construit dans les années 1980, a cessé d’être utilisé en 1992, après la fin de la Guerre Froide. Il a été vendu par les autorités en 1997 et a connu plusieurs propriétaires jusqu’à aujourd’hui. Quand les policiers sont arrivés sur place en pleine nuit, le site était quasiment impénétrable : ils ont donc attendu que les suspects sortent pour pouvoir y accéder. À l'intérieur, la plupart des pièces du bunker étaient remplies de plants de cannabis.

L’inspecteur Paul Franklin, qui a supervisé l'enquête, a décrit l'installation dans un communiqué :

"Il y a environ 20 pièces réparties sur deux étages dans le bâtiment, qui font chacune 61 mètres de long sur 21 mètres de large. Presque toutes les pièces ont été converties en plantation de cannabis, et il y avait des preuves des récoltes passées partout. C’était une installation gigantesque."

Publicité

La police a alors constaté qu’il ne s’agissait pas seulement d’une affaire de culture de marijuana. Trois hommes sans-papiers âgés de 15, 19 et 37 ans ont également été trouvés dans l’abri. L’inspecteur Franklin estime qu’il s’agit d’immigrés qui étaient retenus contre leur gré, et qui n’étaient pas autorisés à quitter le lieu où ils étaient forcés de travailler comme jardiniers. Il ajoute :

"Nous pensons qu’ils sont des victimes de la traite des êtres humains. Ils étaient forcés à dormir à l’intérieur de l’abri en béton, c’est comme s’ils vivaient sous terre."

Trois hommes ont été arrêtés pour production de cannabis et traite d’êtres humains. Il semblerait que l’exploitation des immigrés soit monnaie courante dans le milieu de la drogue. Au Royaume-Uni, un rapport du conseil national des chefs de police a établi en 2014 une connexion entre la culture commerciale de la marijuana, l’esclavage moderne et les personnes vivant illégalement au Royaume-Uni (les personnes concernées sont généralement des adultes vulnérables et des enfants).

Publicité

D’un coup, le concept d’une ferme de cannabis dans un abri antinucléaire n’est plus si cool que ça.

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

Par Lydia Morrish, publié le 27/02/2017