featuredImage

Le plus important, ce n’est pas la victoire de Trump… c'est notre réaction

C'est dans la nuit, que sous le coup de l'émotion, Ludovic Delaherche a publié sur Medium un texte criant de vérité que nous avons souhaité relayer.

Il est 3 heures du matin et j’annonce que Trump aura 283 grands électeurs. Ça me fout la trouille et les larmes aux yeux… En revanche, ce n’est pas ça qui va me faire hurler devant ma télé et mon ordi. Ce qui va me faire hurler ce sont les réactions face au 45e président des États-Unis.  On a toujours rien compris ?

Trump est la face émergée d’un phénomène global !

Voici ce qui semble se dessiner : ce sont les hommes blancs d'environ 25-35 ans, issus de la classe moyenne et avec peu de diplômes, qui l’ont élu. C’est le vote de la colère qui fait céder aux sirènes du populisme.

Ce sont ceux que l’on traite de beaufs, ceux qu’on méprise, ceux que nous sommes en train de traiter de tous les noms dans les médias qui ont fait la différence en se mobilisant. Ce sont des humains qui ont voté.

Car le cœur est là : nos politiques n’ont plus aucun contact avec la réalité, nous payons le cynisme et les manœuvres politiciennes. Nous payons l’appauvrissement global et l’enrichissement indécent d’une caste. Nous payons l’abandon de l’éducation et la glorification d’Hanouna. Nous payons le mépris et l’absence d’empathie. Nous payons l’élitisme urbain et l’abandon des gens qui travaillent chaque jour pour nourrir leur famille sans aucune perspective d’avenir. Nous payons le cynisme des grandes familles et la vulgarité de l’indécence de notre système. Nous payons le plus grand scandale de notre ère : les banques qui font faillite par leur faute et que nous devons renflouer à la sueur de notre épargne sans aucune sanction.

Nous avons déjà emprunté un chemin bien pire que celui des Américains

Trump braille, insulte, offense, il est mal élevé et il ment comme il respire… Mais n’oublions pas que Clinton est à la main des puissances financières, traite les électeurs de Trump de misérables et toise l’Amérique de sa suffisance.

Si nous réagissons en insultant les Américains nous perdons nous aussi : ils viennent de décomplexer une voie, le populisme.

Si nous ne commençons pas TOUT DE SUITE par nous remettre en cause et par remettre en cause notre classe dirigeante, nous nous engagerons dans le même chemin.

Nous n’étions pas très nombreux à soutenir "Nuit debout" au départ, nous ne sommes pas nombreux à nous élever durement contre l’indécence de nos politiques. Aujourd’hui en France, un homme politique a le droit de mentir à la télé sans sanction, une émission de télé peut laisser un mensonge être prononcé sans être sanctionnée lourdement au titre de sa responsabilité éditoriale. Aujourd’hui l’écrivain le plus invité dans les médias est Éric Zemmour. Nous avons déjà emprunté un chemin bien pire que celui des Américains.

Prenez la mesure de votre surprise: elle est la matérialisation de votre niveau de déconnexion avec ce que vivent la majorité des humains de notre planète

Je me bagarre nuit et jour depuis des mois pour essayer de porter ce message, nous avons passé 18 nuits d’affilés à Nuit debout à tenter de vous interpeller : où étiez-vous quand les tractopelles nous ont chargés ? Quand les CRS arrachaient des yeux et des doigts à des adolescentes ? Où étiez-vous quand je vous ai proposé de venir avec moi dormir dans la jungle de Calais pour trouver des solutions de sortie pour ces médecins, infirmières, charpentiers, mathématiciens, écoliers parqués comme des bêtes sur notre territoire ?

Nous laissons faire tout cela et nous poussons des cris d’orfraies devant les résultats US ? Mais c’était signé d’avance !

C’est l’indécence de nos sociétés qui produisent Trump. C’est nous qui laissons cette indécence s’installer tranquillement depuis des années, c’est nous qui méprisons le combat de ceux qui se battent chaque jour pour tenter de nous alerter contre ce qui est en train de nous arriver comme société moderne.

Il faut de toute urgence débarquer l’ensemble de notre classe politique indécente : frapper d’inéligibilité tous ceux qui ont été condamnés, demander l’application de la loi sur le non-cumul des mandats, ne plus rien laisser passer et EXIGER une moralisation des médias et engager SYSTÉMATIQUEMENT leur responsabilité éditoriale, arrêter de donner la parole à des gens qui n’ont aucune espèce d’idée de ce qu’est la vie des citoyens d’un pays. Il faut de toute urgence exiger de nos politiques qu’ils nous écoutent.

Personnellement, j’ai écrit une lettre par semaine à la présidence depuis plus de six mois: ils n’ont même pas pris la peine de m’envoyer une réponse automatique

Alors réfléchissez avant de montrer du doigt les Américains et le vote Trump, et commençons par balayer devant notre porte et battons-nous contre toutes les formes d’indécence et de cynisme.

L’ensemble de cet édifice malveillant ne repose que sur nous

En parlant de balayer devant notre porte : un tweet met exactement en lumière une partie de mon propos. Comment peut-on montrer du doigt la vulgarité et l’absence de morale d’un individu élu par les Américains lorsque nous pouvons lire ça ?

Quand cet individu qui porte l’indécence en drapeau s’émeut de l’élection de Trump ? Il est le parangon de la vulgarité et de la béatification quand il est à l’antenne.

Il est urgent de retrouver une conscience politique et que chacun prenne sa part d’engagement. Il faut s’insurger et agir à tous les niveaux. L’ensemble de cet édifice malveillant ne repose que sur nous. Nous devons le teinter de bienveillance et de solidarité. C’est la seule direction qui peut sembler viable.

Ne laissons plus un appel d’une personne en détresse sans réponse. Reprenons contact avec cette personne de notre entourage dont on sait qu’elle est en fragilité, avec bienveillance et pudeur. Créons les moyens accessibles à toutes et à tous de s’élever.

Bougeons-nous, merde !

Par Konbini Staff, publié le 09/11/2016

Copié