AccueilÉDITO

Cette plateforme Web vous permet d’observer et d’écouter les orques en live

Publié le

par Jeanne Pouget

[REFLEXE] Numérique/Flickr

Paul Spong est un chercheur canadien amoureux des orques. Pour partager sa passion, il a créé OrcaLab : une plateforme Web et une radio en direct pour nous permettre d’observer et d’écouter les cétacés dans leur environnement naturel.

Serein, heureux et apaisé, Paul Spong est un chercheur qui vit au milieu des orques. Sur l’île isolée d’Hanson, à six heures au nord de Vancouver (Colombie-Britannique), il a fondé OrcaLab, un lieu dédié à l’étude et à l’observation de ces mammifères marins. Comme il l’explique aux caméras de Great Big Story, Paul Spong découvre les orques dans les années 1960, alors qu’il étudie les neurosciences à l’université. Une partie de ses recherches sont consacrées aux orques, qu’ils côtoient dans des aquariums. Cette proximité lui fait vite comprendre l’intelligence et la sensibilité supérieure de ces animaux, et l’absurdité de les enfermer dans des bassins en béton. Il fonde alors son propre espace de recherche en pleine nature sur la petite île d’Hanson, entre brume et forêts de la côte pacifique du Canada.

À l’aide d’un réseau d’hydrophones et de caméras, il enregistre en direct les va-et-vient des familles d’orques qui évoluent dans la baie en face de chez lui pour mieux les étudier sans les déranger. Avec sa chaîne YouTube et une fréquence radio live, il retransmet ainsi leurs mouvements en direct sur la plateforme Orca Live Community, ouverte à tous. Avec la mise à disposition de son travail auprès de toute personne disposant d’un ordinateur et d’une connexion Internet, il espère développer le sens de l’empathie des hommes pour ces créatures. En monopolisant ainsi plusieurs sens, il plonge le public dans son atmosphère sauvage et pleine de sérénité :

"Nous essayons de mettre les gens dans la peau d’une orque au sein d’un environnement fabuleux, afin de leur donner envie de les protéger."

Une plongée dans un monde de paix qui réjouit le cœur et donne envie, en effet, de préserver les océans et de vivre en phase avec la nature.

À voir aussi sur konbini :