Pilot, le traducteur qui vous chuchote toutes les langues à l'oreille

Pilot est un outil qui s’utilise via une oreillette sans fil connectée à un smartphone et traduit en direct la langue de votre interlocuteur et vice-versa.

Dans la famille des objets de science-fiction rendus réels par le progrès technologique, je voudrais le traducteur universel. Après le dispositif du capitaine Spock et de son équipe dans Star Trek et, plus récemment, le poisson-traducteur de H2G2, la start-up Waverly Labs présente le Pilot, une oreillette connectée qui prétend abolir définitivement les barrières des langues, annuler le terrible châtiment divin qui s’abattit sur Babel et nous libérer des longues séances de LV1 et LV2.

L’appareil de Waverly Labs, en précommande via Indiegogo à partir du 25 mai, présente une flopée d’avantages par rapport à ses concurrents de cinéma, le premier étant évidemment d’être, si l’on en croit la vidéo de présentation, bien réel. Ensuite, contrairement au pauvre Arthur Dent obligé de subir la désagréable sensation d’un poisson pénétrant son canal auditif, le Pilot se présente comme une banale oreillette sans fil.

Selon les informations (vagues) de la start-up, ce serait surtout le smartphone qui assurerait une traduction presque instantanée via une application – similaire à celle offerte par Skype – tandis que l’oreillette servirait à retranscrire le résultat dans une voix désincarnée et dénuée de toute émotion.

Des produits similaires, une publicité gênante

En janvier dernier, au CES de Las Vegas, Logbar présentait un produit similaire, Ili, et nous offrait la publicité la plus gênante de la décennie, où l'on voyait un jeune Anglais utiliser le dispositif pour tenter d’embrasser de force de pauvres Japonaises tétanisées dans les rues de Tokyo avec les pick-up lines les plus éculées du siècle. De quoi faire fuir tout acheteur potentiel, et conférer à la technologie un aspect immédiatement creepy.

Moins flippant et tout aussi Indiegogo, le petit boîtier Sigmo s’enorgueillit de maîtriser 25 langues et a déjà récolté 250 000 dollars en crowdfunding. Moins cher que Pilot (50 dollars contre 150 en moyenne) et que la paire d’oreillettes de Waverly Labs, il est également un peu plus encombrant. Mais lui, au moins, ne sous-entend pas l'agression verbale de Tokyoïtes. Pour l'instant, ces prototypes peinent encore à être visibles en-dehors des salons spécialisés. Mais la technologie, encore balbutiante, est bien là et pourrait bientôt nous permettre de papoter tranquillement – via des voix robotiques – avec des autochtones de tous continents.

Par Thibault Prévost, publié le 18/05/2016