AccueilÉDITO

Pierre-Emmanuel Barré défend l'abstentionnisme et se casse de France Inter

Publié le

par Virginie Cresci

S'estimant "censuré" par France Inter, l'humoriste a diffusé sur Facebook un sketch qu'il devait faire dans l'émission La Bande originale, avant de claquer la porte de la radio.

"Salut Nagui, salut tout le monde, ouh ! Euh, non y a personne en fait, parce qu'on m'a demandé de ne pas faire cette chronique ce matin à France Inter", entonne Pierre-Emmanuel Barré dans cette vidéo postée sur sa page Facebook. N'ayant pas pu faire sa chronique au micro d'Inter, l'humoriste l'a faite de chez lui, chez "France Inter-ne", avec un micro accroché à un balai.

Dans ce sketch, le chroniqueur à la langue bien pendue et à l'humour sans tabou défend le point de vue des abstentionnistes, qui refusent de choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. "Arrêtez avec cette chasse aux sorcières contre les abstentionnistes, ce n'est pas à eux de culpabiliser", affirme-t-il sans cacher qu'il n'ira pas voter au second tour de l'élection présidentielle :

"Vous pensiez vraiment que j'allais dire que j'allais voter Macron ? Et bah non, j'aime pas son programme, je ne vote pas pour lui, c'est tout. C'est ça, la démocratie. Et non ce n'est pas parce que je ne vote pas Macron que je soutiens le Front national.

Attention, j'ai bien conscience que Macron et Le Pen ce n'est pas la même chose. Je dis juste que j'ai envie de baiser avec aucun des deux."

Ce "sale con", (c'est lui qui le dit) devait faire cette chronique mercredi midi sur les ondes du service public, dans l'émission La Bande originale animée par Nagui sur France Inter. Mais ce dernier se serait opposé au sketch, explique Pierre-Emmanuel Barré au Parisien. Refusant d'être "censuré", l'humoriste a aussitôt déclaré qu'il démissionnait de France Inter.

"Ça va me permettre de partir en vacances avant l’heure"

"Quand on me demande ne pas faire une chronique, je démissionne, confie-t-il au Parisien. Alors, j’ai démissionné. Je n’aime pas être censuré. Là, 30 minutes avant ma chronique, ils n’étaient pas d’accord avec l’idée générale." Pourtant, Pierre-Emmanuel Barré a déjà fait de bien pires chroniques. "Mais tout le monde est tendu en ce moment. Tant pis, ça va me permettre de partir en vacances avant l’heure", conclut celui qui n'a pas perdu son sens de l'humour.

De son côté, Nagui explique au Parisien que "non, ce n'est pas de la censure". "Sur le coup, je lui ai simplement dit qu’il n’était pas clair sur l’abstention. Qu’il casse Macron ou Le Pen, ok. Mais qu’il encourage l’abstention, c’est faire le jeu du FN. C’est ma responsabilité de producteur. Mais il a préféré ne pas venir à l’antenne. Après l’émission, je lui ai finalement proposé de faire sa chronique [jeudi] sans changer une ligne. Et moi, j’aurais ajouté un mot pour dire d’aller voter. Au lieu de ça, il a préféré le faire sur Internet. Libre à lui", confie-t-il.

Embêtée de perdre l'un de ses chroniqueurs vedette, la radio publique tente de faire revenir Pierre-Emmanuel Barré dans ses rangs. "C'est regrettable et dommage de démissionner dans la presse... J'espère pouvoir lui parler [aujourd'hui]", déplore Laurence Bloch, directrice de France Inter. Mais l'humoriste, lui, ne change pas d'avis comme de chronique, et a confirmé au Parisien, que sa décision était belle et bien prise.

"Moi, le 7 mai, je ne sais pas qui va gagner, mais je peux vous dire qu'on est déjà 65 millions à avoir perdu", attaque-t-il dans son sketch. En tous cas, France Inter vient de perdre un grand humoriste.

À voir aussi sur konbini :