AccueilÉDITO

Disparition de Pierre Bergé, grand mécène engagé au service de la mode et des arts

Publié le

par Manon Baeza

PARIS, FRANCE – MAY 06: Pierre Berge attends celebrations following the victory of Socialist Francois Hollande in the French presidential election at Place de La Bastille on May 6, 2012 in Paris, France. (Photo by Clement Halborn/WireImage)

Pierre Bergé, homme d’affaires, mécène et ex-compagnon d’Yves Saint Laurent, s’est éteint à l’âge de 86 ans.

Pierre Bergé à Paris, en 2012. (© Clement Halborn/WireImage/Getty)

Sa fondation vient de l’annoncer : Pierre Bergé, homme d’affaires, mécène et ex-compagnon de Yves Saint Laurent, s’est éteint le 8 septembre, à 5 heures 39, dans sa maison de Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône). Il est décédé dans son sommeil à l’âge de 86 ans, des suites de sa myopathie.

Passionné par les arts, Pierre Bergé connut une première relation fusionnelle avec le peintre français Bernard Buffet, qu’il rencontra en 1950 et dont il fut le pygmalion pendant huit ans. En 1957, son ami Christian Dior décède et c’est au très frêle Yves Saint Laurent de reprendre la direction de sa maison de couture. Les deux amants sont conviés à son premier défilé en 1958 : c’est la première fois que Pierre Bergé voit le couturier. Ils furent présentés l’un à l’autre peu de temps après, lors d’un dîner. Un coup de foudre immédiat se produit entre les deux hommes. Pierre Bergé quitte Bernard Buffet et recommence sa vie aux côtés de Saint Laurent, âgé seulement de 22 ans.

Pierre Bergé est convaincu du talent d’Yves Saint Laurent et entreprend, dès 1960, de gérer la carrière du jeune créateur. Ils cofondèrent ainsi en 1961 la maison de couture Yves Saint Laurent, qu’il dirigea pendant 40 ans et qui fut racheté par le groupe Kering à la fin des années 1990. Malgré les tumultes de leur vie de couple et les tromperies publiques que lui impose son compagnon, ils resteront main dans la main jusqu’à ce que la maladie emporte le génial Saint Laurent, en 2008.

Un mécène engagé

Pierre Bergé était très engagé dans la lutte contre le sida : il soutenait une partie importante de l’accompagnement des malades et de la recherche sur le VIH. En 1994, il participe avec Line Renaud à la fondation de l’association Sidaction, qu’il présida de 1996 à sa mort. Dernièrement, il avait notamment produit 120 battements par minute, le film de Robin Campillo sur les débuts d’Act Up. En 2009, il vend une grande partie de sa collection d’œuvres d’art et reverse son argent pour militer "en faveur du mariage pour tous, soutenir la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui pour les couples homosexuels, financer des mises en scène théâtrales, des expositions, des festivals", tel que le rapporte Le Monde.

On doit à cet infatigable créateur de nombreuses grandes institutions de la mode et des médias. Il a ainsi fondé en 1986 l’Institut français de la mode. Un an plus tard, il lance le magazine Globe, pour soutenir la campagne de réélection de Mitterrand. En 1990, il cofonde le magazine Courrier international. Il est aussi à l’origine du magazine gay Têtu, qu’il fonda en 1995 qu’il finança jusqu’en 2013. Enfin, en 2010, il devient le président du conseil de surveillance du groupe Le Monde. Pierre Bergé était un homme très engagé sur le plan politique : il avait notamment soutenu la campagne de Bertrand Delanoë pour la mairie de Paris en 2001, puis Ségolène Royal lors de la présidentielle de 2007, ou encore Emmanuel Macron en 2017.

Pierre Bergé s’était marié à la fin du mois de mars avec le paysagiste Madison Cox, âgé de 58 ans et vice-président de la Fondation Bergé-Saint Laurent. Il est décédé peu de temps avant l’ouverture de deux musées créés par sa fondation, qui doivent être inaugurés le 3 octobre à Paris et le 19 octobre à Marrakech.

À voir aussi sur konbini :