AccueilÉDITO

Partager ses photos sur les réseaux sociaux rendrait plus heureux

Publié le

par Théo Chapuis

Heu-reux !

Et si les instagrammeurs avaient raison depuis le début ?

Heu-reux !

Pourquoi tous ces gens prennent-ils des photos et des vidéos en concert ? Pourquoi tous ces selfies ? Pourquoi les photos d'assiettes/de pieds/de vacances sur Instagram ? Déjà parce que, avec la démocratisation des smartphones, tout le monde est photographe aujourd'hui. Mais aussi parce que ça rend les gens heureux, pardi ! C'est en tout cas la conclusion d'une étude partagée par The Atlantic.

D'abord, déconstruire les idées reçues : d'après les travaux de Kristin Diehl, directrice de recherche à l'University of Southern California Marshall School of Business, capturer des moments en photo n'empêche en rien d'en profiter. Au contraire : il faut croire que la joie de les vivre n'en serait qu'amplifiée. Comment ça marche ? Elle répond :

"Ce que nous avons découvert est qu'en fait, vous regardez le monde différemment parce que vous êtes à la recherche de choses que vous désirez capturer, auxquelles vous souhaitez vous accrocher. Les gens sont ainsi plus engagés dans l'expérience et tendent à en profiter davantage."

Une question d'attention

Or selon la directrice de l'étude, ce n'est pas tout. Pour commencer, c'est l'acte de diriger l'attention qui permet de mieux profiter de l'instant ; ensuite, c'est également choisir quoi documenter qui procure cette joie, pas seulement celui de prendre la photo. S'il vous arrive de prendre des photos, ça ne sera pas une surprise pour vous : "les gens regardent plus longtemps ce qu'ils veulent photographier", indique Kristin Diehl dans Time. Ainsi, votre mémoire se construit-elle avec ce qui vous paraît signifiant – et elle oublie ce qui l'est moins.

D'ailleurs, pas besoin de vraiment prendre une photo pour en profiter, d'après les résultats de l'étude : "Si vous voulez prendre des 'photos mentales', ça fonctionne pareil. L'acte de réfléchir à ce que vous voudriez photographier suffit à vous engager davantage", explique-t-elle.

À voir aussi sur konbini :