La nouvelle appli Facebook est loin de plaire à tout le monde

Le 21 mai, Facebook annonçait le lancement d'un clone de Shazam. Peu de temps après, une pétition est lancée sur le net pour que l'appli ne voie jamais le jour.

Disponible dans un premier temps uniquement aux Etats-Unis, la nouvelle application Facebook destinée aux smartphones permet à la manière de Shazam de reconnaître chansons, séries ou films.

Si vous choisissez d'activer cette fonction, vous aurez la possibilité d'utiliser le micro de votre téléphone pour identifier la chanson que vous êtes en train d'écouter, ou l'émission ou le film que vous êtes en train de regarder.

Publicité

En 15 secondes, l'extrait musical ou télévisé sont reconnus et même plus besoin de rédiger son statut "en train d'écouter.." ou "en train de regarder..." : l'appli le fait pour vous.

A New, Optional Way to Share and Discover Music, TV and Movies from Facebook on Vimeo.

Publicité

Le problème  : une appli à la "Big Brother"

Aussitôt annoncée, aussitôt décriée. Certains utilisateurs ne voient pas d'un bon oeil, cette nouvelle application considérée comme "une très grande menace pour notre vie privée". Ils sont déjà près de 600 000 à avoir signé la pétition, demandant l'annulation de cet outil aux airs de "Big Brother" :

Dites à Facebook de ne pas sortir cette effrayante et dangereuse nouvelle fonctionnalité qui écoute les conversations et ce qui se passe dans l'environnement des utilisateurs.

Reprochant ainsi au réseau social de penser plus à son portefeuille qu'à ses utilisateurs, la pétition affirme que : "l'information recueillie par l'écoute de ses 1,2 milliard d'utilisateurs dans le monde peut être vendue, avec d'énormes profits, aux annonceurs et aux sociétés à la recherche d'une meilleure information sur les goûts et les préférences des consommateurs".

Publicité

La réponse : "Nous ne stockons pas vos données"

Afin de contrer le mécontentement, Facebook a choisi de faire une mise à jour de son communiquer de presse le 28 mai dernier, déconstruisant ainsi les "mythes" sur sa nouvelle application. "Cette application est optionnelle", peut-on lire.

Si vous choisissez de l'allumer et que vous décidez plus tard que ce n'est pas fait pour vous, vous pouvez facilement le désactiver à n'importe quel moment.

Avant d'ajouter : "Facebook n'écoute pas vos conversations, ni ne les stocke. Si nous ne trouvons pas une correspondance (entre le son et une chanson ou un film), nous enregistrons simplement que nous avons échoué. Nous ne stockons pas les données".

Publicité

Une réponse qui n'a visiblement pas convaincu les signataires de la pétition puisque son nombre continue d'augmenter et atteindra certainement dans quelques jours le nombre de signatures souhaitées : 750 000. Et pour cause, toujours plus d'études et de plaintes voient le jour en ce qui concerne Facebook et son aptitude à espionner nos messages privés pour donner des informations aux annonceurs, voire même nos brouillons de messages.

Par ailleurs, le Washington Post révélait en janvier que la NSA et son homologue britannique GCHQ avaient un accès direct aux serveurs de neuf sociétés internet, dont Facebook, Microsoft, Apple et Google...

Par Anaïs Chatellier, publié le 06/06/2014