L'édifiante pétition anti-Hellfest de catholiques intégristes

Une pétition du groupe catholique intégriste Tradition Famille Propriété appelle à l'annulation du Hellfest. En cause : des groupes satanistes invités par le festival. Décryptage de ces accusations.

Le groupe de black metal Darkspace, qui s'est produit sur les planches du Hellfest lors de l'édition 2012. (Crédits image : Metalship)

Le groupe de black metal Darkspace, qui s'est produit sur les planches du Hellfest lors de l'édition 2012. (Crédits image : Metalship)

En 2014, le metal choque toujours. Ce n'est pas une phrase toute faite, c'est l'amère constatation que l'on est forcé de faire aujourd'hui à la découverte d'une énième voix de protestation contre le Hellfest, le plus important événement metal en France.

Troisième plus gros festival français de l'année 2012, adoubé par la municipalité de Clisson où il se tient et suivi par plus de 143 000 abonnés, le Hellfest est la cible d'une pétition mise en ligne sur le site Petitio.

Celle-ci, intitulée "Le Hellfest doit être annulé !" a retenu notre attention par le caractère vindicatif de ses propos. Sur-titrée "Hellfest 2014 (Fête de l'Enfer) à Clisson NON à la promotion du satanisme chez nos jeunes !", il ne faut pas aller bien loin pour se rendre compte qu'elle émane d'une association catholique intégriste (nous y reviendrons) subtilement nommée Tradition Famille Propriété (TFP) – les initiales d'un autre slogan bien connu, tiens.

Plus de 12 000 signataires revendiqués

Dans la pétition en ligne, pour laquelle le mouvement revendique déjà près de 12 000 signataires, TFP déclare que le Hellfest invite à se produire "des groupes satanistes" qui "vont hurler leurs appels à la haine et la violence contre les chrétiens". Et de nommer les dits-satanistes, les groupes de black metal Tsjuder, Behemoth, Impaled nazarenne (sic), Satan's Satyrs, Watain ou encore les rock stars de Slayer.

Véritablement véhémente envers ces artistes, la pétition s'en prend à leurs textes, dont elle retranscrit des passages (dans la langue de Jeanne d'Arc s'il-vous-plaît). Ainsi, les paroles de la chanson de Slayer "Not Of This God" sont passées au crible :

Eau bénite, menace vaine, la sainte croix n’a pas d’effet/ Je pisse sur tous les objets de vertu, les crucifix et les rosaires / Je serai celui qui mettra le Christ à genoux, crucifié et ridiculisé à nouveau/Une cible pour tous les temps, jusqu’à la fin...

Sauf que le chanteur de Slayer est catholique

Et c'est bien dommage, car l'association TFP ne le sait peut-être pas, mais Tom Araya, le bassiste et chanteur de ce groupe mythique du thrash metal californien, est catholique.

Dans une interview vidéo, il déclare :

Ce que nous faisons est de la création artistique et l'art, c'est le miroir de la société. Le diable est partout. Il est enfoui profondément en chacun de nous. Certaines personnes n'arrivent pas toujours à maîtriser certains aspects de leur personnalité, mais le diable est toujours présent. Quelles que soient votre religion et vos croyances sur ce qu'est le Bien, le Mal est toujours dans votre vie.

Il y a des choses qu'on ne doit jamais faire. Ceux qui ne le comprennent pas ou refusent  d'y croire ne savent pas qui ils sont spirituellement. Finalement, vos croyances importent peu.

Un raisonnement peut-être difficile à comprendre pour TFP, qui, à la lumière de titres du groupe décrit Slayer comme un groupe "connu pour son anti-christianisme particulièrement virulent". La pétition, qui repose sur des valeurs selon lesquelles notre nation s'arroge l'exclusivité, s'étonne d'ailleurs :

Il est inouï que dans le pays de la courtoisie et de la douceur de vivre, que la brutalité et la haine soient déversées de cette manière.

Le texte souligne d'ailleurs, sans aucune autre preuve que sa bonne foi à l'appui : "La majorité des Français tient de plus en plus au respect des valeurs chrétiennes". 

La pétition fait directement le lien entre l'incendie "d’une douzaine d’édifices religieux du Finistère, parmi lesquels la Chapelle de la Croix, à Loqueffret", effectivement perpétrés par une poignée de jeunes métalleux locaux en 2007, et le festival qui accueillera Aerosmith et Deep Purple cet été.

Le Hellfest, ce festival où se réunissent de dangereux satanistes assoiffés du sang des chrétiens (Crédits image : 20 Minutes/Fabrice Elsner)

Le Hellfest, ce festival où se réunissent de dangereux satanistes assoiffés du sang des chrétiens (Crédits image : 20 Minutes/Fabrice Elsner)

Ainsi, par la voix de cette requête, chaque signataire reconnaît donc "[s'insurger] avec indignation contre le fait que, dans le contexte actuel d’offensive anti-chrétienne, la mairie de Clisson apporte son soutien au Hellfest." Et de tirer la corde de la culpabilité, cette valeur chrétienne s'il en est, en s'adressant directement au maire de la commune :

Songez que votre soutien à ce festival ne pourra qu’être interprété comme une des causes des débordements et des troubles à l’ordre public qui pourront survenir du fait de ces groupes si sujets à caution.

"Troubles à l'ordre public"
: le mot est fort. Et sans doute prématuré. Contactée par nos soins, la gendarmerie de Rezé, chargée du service d'ordre pendant le Hellfest, rétorque que par le passé, de telles infractions n'ont jamais été à déplorer.

Un porte-parole déclare :

Ça n'est jamais arrivé sur le Hellfest. Nous sommes pourtant sur une manifestation qui draine un afflux de personnes important [plus de 110 000 personnes par édition, ndlr] mais pour autant, il n'y a pas eu de trouble majeur.

"Croisade en défense de la Civilisation chrétienne"

Pour approfondir nos recherches et découvrir qui se cache derrière Tradition Famille Propriété, un coup d'œil sur le site Internet de l'asso s'impose. On découvre alors dans le texte de présentation de cette "société", subtilement intitulé "une croisade en défense de la Civilisation chrétienne", une profession de foi inquiétante.

L'association, créée en 1975, se donne pour but "de promouvoir dans l’opinion publique les valeurs fondamentales de la civilisation chrétienne qui forment sa devise, et de combattre – par les moyens pacifiques et légaux – la révolution culturelle athée, immorale et socialiste qui vise à les saper".

Nous passerons sur les passages misogynes, la conception familiale résolument paternaliste, ou la haine de ce qui n'est pas conforme à ses valeurs, (considéré comme "une épidémie"), "précisément celles que les idéologies socialiste et soixante-huitarde s'acharnent méthodiquement à détruire" selon TFP.

TFP soupçonné de sectarisme

Il est à noter également que la commission d'enquête parlementaire de 1995 considère TFP comme un "mouvement sectaire". En 2006, même si le mot "secte" n'apparaît pas dans son rapport, la Miviludes aurait fait également allusion à cette association dans son rapport annuel de 2006.

À défaut, on rangera cette pétition à côté de l'agaçant collectif "Provocs Hellfest ça suffit" ou de l'inepte reportage de Zone Interdite qui a tant énervé la communauté metal. En fait, TFP est à mettre dans le même panier que ceux qui continuent sans relâche à demander la suppression d'un festival plébiscité par des médias bolcheviks et anti-chrétiens tels Le Monde, Arte ou encore Le Figaro.

Par Théo Chapuis, publié le 25/04/2014