AccueilÉDITO

Du Sénégal à l'Espagne, le (faux) périple d'un migrant sur Instagram

Publié le

par Anaïs Chatellier

Sur son compte Instagram, le jeune Abdou Diouf documente son soi-disant périple du Sénégal pour rejoindre l'Europe afin de réaliser son rêve, celui d'un futur meilleur pour sa famille. 

Un jeune homme pose tout sourire au côté d'une femme. "Aujourd'hui, je commence un nouveau rêve. Je commence mon voyage pour l'Europe pour un futur meilleur pour ma famille", commente-t-il en dessous de la première photo postée par abdoudiouf1993 sur Instagram.

Repéré par le Huffington Post UK, le compte raconte ainsi, une quinzaine de photos à l'appui, les péripéties de ce jeune Sénégalais pour rejoindre l'Europe.

#penthouse #family #weekend #happyfamily #bestdayever #love #willmissyou #daydreamers #african #senegal #dakar

Une photo publiée par Abdou Diouf (@abdoudiouf1993) le

De Dakar à Tarifa

Après un petit tour chez le coiffeur et un dernier repas avec sa famille, Abdou est fin "prêt pour une nouvelle aventure". De Dakar, il se fait conduire par un ami à Nouadhibou puis à Atar en Mauritanie afin de rejoindre le Maroc. Dans le désert, il marche pendant plusieurs jours, n'a pour nourriture que des jus et quelques gâteaux et finit progressivement par perdre son sourire. "Le guide nous dit que nous ne pouvons pas arrêter ou nous perdrons ce que nous avons payé pour le bateau", commente-t-il.

Après une nuit éprouvante passée accroupi à l'arrière d'un camion, le grand bateau qu'on lui avait promis au départ n'est pas là. Lui et les autres migrants devront traverser le détroit de Gibraltar sur un petit bateau gonflable. À ce moment-là, il avoue sur Instagram avoir "très peur".

Enfin arrivés sur la terre ferme, "nous sommes fatigués mais heureux", assure-t-il, jusqu'au moment où les policiers finissent par débarquer. La dernière image le montre alors entouré par une couverture de survie. Les policiers l'emmènent apparemment dans un centre d'internement, un "endroit où il ne vaut mieux pas rester" écrit le jeune lucide. Son histoire s'arrête ici.

Avec 7000 abonnés sur son compte Instagram, le périple de ce jeune migrant a ému les internautes, qui lui ont envoyé de nombreux messages d'encouragement. Entre quelques réactions racistes, certaines personnes remettent en question son témoignage, arguant la difficulté de prendre des photos et de les poster sur Instagram après toutes ces péripéties.

Ready for everything. Prepared for the new experiences. #newlook #swag#haitdos#beautifull#mua#hairstylist#

Une photo publiée par Abdou Diouf (@abdoudiouf1993) le

Un récit fictif pour sensibiliser

Le quotidien espagnol El Pais sera le premier à faire tomber le doute sur la véracité de ce récit. Intrigués par le hashtag #Getxophoto associé à la dernière photo prise par Abdou, les journalistes ont commencé par chercher sur Internet ce que cela pouvait bien signifier. Ils tombent alors sur une vidéo qui, entrecoupée des hashtags favoris des gens qui voyagent, revient sur les différentes étapes racontées par le jeune migrant.

Ils découvrent alors que Getxophoto est en fait le nom d'un festival de photo qui se déroule à partir du 3 juillet en Espagne et dont le thème principal cette année est le voyage. En imaginant le compte Instagram d'un migrant, Oriol Caba, producteur des studios Volga et Manson à l'initiative du projet, a souhaité sensibiliser l'opinion publique à la cause des migrants qui entament un voyage bien dangereux dans l'espoir d'une vie meilleure.

Une manière également de dénoncer "la frivolité occidentale" qui consiste à faire des selfies à tout moment et de fermer les yeux sur le monde extérieur. Car si la vidéo a été tournée en Espagne avec un téléphone et des acteurs non professionnels, Tomás Peña, directeur du festival, est persuadé que dans un futur proche, des récits comme celui-ci racontés sur Instagram existeront et eux ne seront pas fictifs.

À voir aussi sur konbini :