AccueilÉDITO

Peinard, l’archevêque de Rouen tacle l’avortement pendant son hommage au père Hamel

Publié le

par Théo Mercadier

Profiter d’un hommage national pour remettre en cause un droit fondamental : check !

Il y a tout juste un an, le père Jacques Hamel était sauvagement assassiné par deux terroristes dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray. Ce mercredi 26 juillet, les hommages se sont succédé dans la petite commune proche de Rouen, où étaient présents Emmanuel Macron, Édouard Philippe et le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb. Et dans le flot de phrases prononcées pour honorer la mémoire du prêtre décédé, on retiendra surtout celle de Monseigneur Lebrun, archevêque de Rouen : "Notre société se croit libre de faire tout ce que chaque individu souhaiterait, y compris abréger sa vie ou l’empêcher de naître." Pardon ?

On croyait le game du rapprochement douteux définitivement plié depuis que Franz-Olivier Giesbert avait comparé la CGT à Daesh, au moment des manifestations contre la loi El Khomri en 2016. C’était sans compter sur les fulgurances de cet archevêque qui, peinard, profite d’un hommage national pour remettre en cause le suicide et le droit à l’avortement. Un droit qui, faut-il le rappeler, est inscrit dans la loi française depuis 1975.

Mais l’Église n’en est pas à son coup d’essai quand il s’agit de se positionner contre ce droit fondamental. En janvier dernier, et comme chaque année, le Pape soutenait officiellement la "Marche pour la vie", un groupe réputé pour mener des campagnes de publicité agressives dans les encarts de certains journaux. "C’est toute la société qui devrait se révolter" contre l’interruption volontaire de grossesse, clamait encore Monseigneur Lebrun dans une interview au site Famille Chrétienne. Alors que Simone Veil va très bientôt entrer au Panthéon, la remise en cause de l’avortement a encore de beaux jours devant elle.

À voir aussi sur konbini :