AccueilÉDITO

Paye ton journal : quand le monde de la presse est sexiste, lui aussi

Publié le

par Juliette Geenens

Une page Facebook qui dénonce le sexisme (encore) vient de voir le jour pour dénoncer les discriminations dans le milieu de la presse.

(© Touchstone Pictures)

On connaissait le harcèlement de rue et on savait que le milieu politique était très hostile envers la femme, de même que les hôpitaux, les tribunaux et le milieu professionnel en général. Maintenant, on est certain que la gent féminine expérimente aussi le sexisme dans le journalisme. La page Facebook Paye ton journal encourage les femmes qui exercent dans le monde de la presse à partager les remarques et gestes sexistes qu'elle subissent chaque jour.

La page est toute récente et compte 900 likes pour le moment. Quelques publications ont déjà été postées et donnent un premier aperçu de ce que l'on peut entendre en conférence de rédaction ou lors d'une interview sur le terrain :

Ambiance.

Les "Paye ton sexisme" prennent les pouvoir

Paye ta shnek a désormais plein de frangins ! Tumblr, site et pages Facebook : depuis qu'Anaïs Bourdet a créé Paye ta shnek afin de dénoncer le harcèlement de rue en 2012, une multitude d'autres plateformes sont nées pour mettre en lumière les discriminations verbales et physiques qui surviennent au quotidien dans la vie d'une femme.

Il y a Paye ton taf pour le harcèlement au bureau, Paye ta robe pour les avocates, Chaire collaboratrice chez les politiques, Paye ta blouse pour le monde médical ou encore Paye ta fac. Le harcèlement à l'encontre de la communauté LGBT possède également ses propres espaces de témoignages anonymes en ligne, comme Lesbeton qui lutte contre la lesbophobie (haine des lesbiennes) et TRANSpercer le silence contre la transphobie.

Tous ces Tumblr et autres médias qui voient le jour témoignent bien de la banalisation du sexisme dans le quotidien des femmes. Heureusement, avec ce genre d'initiatives, elles décident de briser le silence, ce qui reste un premier pas dans la lutte pour l'égalité entre les genres et la fin des discriminations sexistes.

À voir aussi sur konbini :