AccueilÉDITO

Les Parisiens sont les Français les plus libérés sexuellement

Publié le

par Juliette Geenens

On le savait déjà, mais une étude menée par l'Ifop démontre chiffres à l'appui que la vie amoureuse et sexuelle des Parisiens est bien plus émancipée qu'ailleurs en France.

Ce n'est pas pour rien que Paris est la ville dans laquelle les jeunes du film <em>Innocents : The Dreamers</em> explorent leur sexualité. (© 20th Century Fox)

Au cinéma, si un personnage est français, vous pouvez être sûr qu'il sera 1) de Paris, et 2) le chaud lapin de service. Et si les clichés vous tapent sur le système, on a une mauvaise nouvelle pour vous : d'après une étude de l'Ifop réalisée pour le site de rencontres CAM4, la ville de France la moins complexée sexuellement n'est autre que Paris.

À tous les niveaux, les Parisiens auraient des mœurs bien plus libérées que les autres citoyens français. Ils seraient moins fidèles, plus ouverts à de nouvelles expériences sexuelles, expérimenteraient plus facilement les coups d'un soir et ne respecteraient pas autant le modèle du couple comme on l'imagine traditionnellement (monogame, exclusif et hétérosexuel).

"Un refuge des sexualités minoritaires"

À Paris, 43 % de la population active est célibataire. Pourtant, même les gens en couple s'éloignent des injonctions de la monogamie dans leurs pratiques : 18 % de la population parisienne s'est déjà rendue dans une boîte échangiste et 15 % sont concrètement passés à l'action dans l'un de ces établissements. En comparaison, la moyenne nationale est de seulement 5 %.

D'après l'étude, Paris s'apparenterait à un "un refuge des sexualités minoritaires" (soit la bisexualité, l'échangisme, le polyamour...) puisque, comme le font remarquer Les Inrocks, la capitale propose plus de lieux destinés à ce genre de mœurs.

Les plans à plusieurs semblent aussi être une pratique très répandue chez les Parisiens. Selon l'enquête, si un peu plus d'un Français sur six a déjà testé un rapport sexuel à trois, à Paris ils sont deux sur six à s'être prêtés à l'expérience. Pour les orgies, c'est pareil : 22 % des sondés ont déjà participé à ce genre de sauteries.

Paris biflé mais Paris libéré

Logiquement, le nombre de partenaires sexuels est bien plus élevé dans la Ville lumière que dans le reste de la France. Genres et orientations sexuelles confondus, les Parisiens comptent en moyenne 19 individus à leur palmarès amoureux et sexuel, contre 11 ailleurs.

Les habitants de Paris étant plus infidèles que la moyenne des Français, les couples seraient aussi plus éphémères. Presque la moitié des citoyens en France a répondu avoir été infidèle au cours d'une relation, mais dans la capitale, ils sont 58 %. Le sexe sans lendemain reste monnaie courante, sachant que 44 % des Parisiens ont déjà couché avec une personne dont ils ignoraient le nom.

Toutefois, histoire de nuancer notre propos, les provinciaux pratiqueraient davantage le sexe oral (92 % contre 87 %). En revanche, pour la bifle, Paris reprend l'avantage : une femme sur quatre a déjà consenti à recevoir une gifle par un pénis. Une pratique bien française puisqu'apparemment il n'existe pas de traduction littérale en anglais, par exemple (il y a bien "dick slap", mais le terme n'est pas aussi spécifique).

"Vous imaginez que dans la langue française, il y a un mot pour parler du fait de gifler quelqu'un avec son pénis ?"

 

À voir aussi sur konbini :