AccueilÉDITO

Paris veut aller plus loin dans ses aménagements pour les cyclistes et les piétons

Publié le

par Jeanne Pouget

Face à l'urgence environnementale, la maire de Paris, Anne Hidalgo, franchit une étape supplémentaire dans la "reconquête de l'espace public" de la capitale au profit des piétons et des cyclistes. 

Cartographie des aménagements du centre ville de Paris. (© Ville de Paris)

Lancement d'un nouveau tramway écologique sur les quais hauts de la rive droite, réduction des files dédiées aux automobilistes, piétonnisation progressive du centre ville, création d'une piste cyclable sur les Champs-Élysées... À l'occasion de ses vœux aux élus de Paris, le vendredi 6 janvier, Anne Hidalgo s'est attardée à plusieurs reprises sur le "défi de la transition écologique" et annoncé un cycle de réaménagements de la ville à l'horizon 2024 (avec en tête la candidature de Paris à l'organisation des Jeux olympiques). Un projet qu'elle a détaillé dans les colonnes du JDD, en affirmant vouloir franchir une étape supplémentaire, en dépit des polémiques causées par la piétonnisation des voies sur berge de la rive droite à l'automne dernier.

Faisant fi des automobilistes mécontents et de la région Île-de-France présidée par Valérie Pécresse (LR) – résolument opposés à la piétonnisation des voies sur berges –, Anne Hidalgo a lancé des études sur la faisabilité d'un Paris désengorgé des voitures et faisant la part belle aux transports en commun propres, ainsi qu'aux aménagements pour les piétons et les cyclistes.

"Nous assumons complètement la diminution significative du trafic automobile, comme le font toutes les grandes villes du monde. Il faut constamment rappeler cette évidence : moins il y a de voitures, moins il y a de pollution", explique la maire de Paris au JDD.

Réduire la pollution et les voitures

Objectif : diviser par deux en moyenne la place de la voiture dans la capitale. Et ce grâce au lancement d'un bus électrique, à compter de septembre 2018, reliant les futures infrastructures olympiques entre l'Hôtel de Ville et le parc de Saint-Cloud ; par la création d'un BHNS ("bus à haut niveau de service") qui traversera la capitale en plus de la ligne 1 du métro ; et par l'aménagement d'une "piste cyclable bidirectionnelle" de Bastille à Concorde, sur la voie Georges-Pompidou dans le 16e arrondissement ainsi que sur les Champs-Élysées. Par ricochet, les files de circulation dédiées aux voitures seront réduites à ces mêmes emplacements et carrément fermées le long du jardin des Tuileries. En contrepartie, la rue de Rivoli sera mise en double sens.

Un projet qui ne pourra aboutir sans les fonds de la région Île-de-France, qu'il faudra donc convaincre ! De son côté, la maire de Paris se veut pragmatique : "Face au fléau de la pollution, j'assume ma responsabilité et j'agis pour les générations futures", conclut-elle.

Le programme détaillé de ce projet est consultable sur l'espace presse de la mairie de Paris.

La rue de Rivoli aménagée selon le projet lancé par la mairie de Paris. (© Céline Orsinger)

Vue de l'Hôtel de Ville. (© Reichen et Robert & Associés)

Vue de l'Hôtel de Ville. (© Reichen et Robert & Associés)

À voir aussi sur konbini :