PARIS, FRANCE – OCTOBER 08: Garbage is piled up on ‘Rue du Colisee’ on October 8, 2015 in Paris, France. Garbage collectors are currently on a four-day strike over pay and cost cutting (Photo by Marc Piasecki/Getty Images)

À Paris, la rue de Paradis va jouer les cobayes du "zéro déchet"

La mairie du Xe arrondissement va expérimenter une ambitieuse politique "zéro déchet" sur ce tronçon de voie de 500 mètres.

Paris, Rue du Colisée, 8 octobre 2015 © Marc Piasecki pour Getty Images

Pendant un an, de décembre 2018 à décembre 2019, la rue de Paradis, dans le Xe arrondissement, va faire l’objet d’une toute nouvelle expérimentation : devenir le fer de lance du "zéro déchet" à Paris.

Publicité

Objectif "zéro déchet non valorisé"

L’expérience va être menée dans le cadre du Plan Climat à Paris, qui vise à la mise en œuvre concrète des engagements pris par la France lors de la COP21 et accompagne Paris vers la neutralité carbone, notamment avec son objectif "zéro déchet non valorisé".

Même si le poids de la poubelle parisienne ne cesse de baisser depuis quelques années, il est néanmoins passé de 239 kg par habitant en 1940 à 485 kg en 2015. Dans la capitale, moins de 20 % du contenu des poubelles est recyclé.

Le projet de la rue de Paradis a pour objectif une réduction collective des déchets et envisage l’économie circulaire et l’écologie en milieu urbain à travers plusieurs prismes. "C’est un territoire de ville très dense, où nous pourrons agir sur différents plans et où l’on retrouve tous les sujets que l’on veut aborder en matière de recyclage et de tri", décrit Alexandra Cordebard, la maire (PS) de l’arrondissement.

Publicité

Une rue témoin

Si la mairie du Xe arrondissement a tranché en faveur de la rue de Paradis pour tester son plan "zéro déchet", c’est parce qu’elle constitue un échantillon représentatif de la ville. Avec son mélange de logements privés, de logements sociaux, d’entreprises, d’écoles et de commerces, elle est une vitrine de l’éclectisme de l’espace urbain parisien.

Cette rue a aussi vu fleurir récemment diverses initiatives éco-friendly, restaurants vegan et supérettes bio qui cohabitent avec des populations aux revenus plus modestes, dans un quartier resté populaire. Mais le Xe arrondissement est également le mauvais élève du recyclage, chaque habitant jetant 488 kg d’ordures par an contre 418 kg en moyenne pour tout Paris.

En étroite collaboration avec l’association Zero Waste Paris, des initiatives vont être mises en place à différents niveaux afin d’amener tous les habitants, salariés et écoliers de la rue de Paradis au "zéro déchet".

Publicité

Les restaurateurs seront par exemple incités à proposer des boîtes en carton recyclable pour les plats à emporter et les livraisons, des gobelets réutilisables ou des pailles recyclables. Un frigo partagé, initiative parisienne qui lutte contre le gaspillage alimentaire, devrait également être installé dans la rue.

À l’échelle des habitants, des pesées de déchets vont être organisées, des composteurs collectifs et lombricomposteurs individuels vont être installés, des formations au tri et ateliers do it yourself vont être mis en place afin de proposer des alternatives au "tout jetable" et à l’usage unique.

Réduire avant la benne

Ce projet va donc au-delà d’une simple optimisation du recyclage. Ici, le but est de réduire la production de déchets à la source. L’objectif n’est pas de parvenir au "zéro déchet" en seulement un an mais de les réduire de 10 %, soit autant que l’objectif de réduction pour toute la ville de Paris en dix ans. Ce qui correspond à 50 kg de moins par personne.

Publicité

Cependant, s’il est évident que les citoyens doivent être mis à contribution, cela ne doit pas occulter la responsabilité de la mairie dans le recyclage des déchets et son retard en la matière : à Paris, un immeuble sur trois n’a pas de bac pour recycler les bouteilles en verre et un sur six manque de poubelles de tri.

Par Manon Marcillat, publié le 15/10/2018

Pour vous :