AccueilÉDITO

À l'épicentre de Paris, le symbolique Fluctuat Nec Mergitur recouvert par une fresque anti-flics

Publié le

par Rachid Majdoub

Ce mercredi 18 mai 2016, la fresque Fluctuat nec mergitur, réalisée au lendemain des attentats de Paris, a été recouverte d'un message bien différent.

Deux poids, deux mesures. Si ces lettres étaient symboliques, l'acte qui les recouvre l'est lui aussi. Fluctuat nec mergitur, devise de la ville de Paris apposée en noir et blanc par le collectif de graffeurs Grim Team sur les bords du quai de Valmy, dans le 10e arrondissement parisien, a été remplacée. À sa place, une autre fresque, anti-flics, peinte par le collectif TWE.

Située à quelques pas de l'endroit où une voiture de policier a été violemment incendiée ce mercredi 18 mai, elle recouvre un mur imposant dédié au street art et situé non loin du Petit Cambodge et du Carillon, établissements ciblés lors des attentats qui ont touché Paris le 13 novembre 2015.

Quelques mois après ces tragiques événements, le temps est toujours aussi gris, mais le deuil laisse place aux affrontements, avec cette nouvelle couche de peinture au message bien différent. Une consœur du Monde était sur place, hier, pour suivre la manifestation mouvementée contre les forces de l'ordre et décrire ce dessin qui montre un affrontement entre policiers et casseurs encagoulés.

Comme nous vous le notifions, en latin, "Fluctuat nec mergitur" signifie "Il est battu par les flots, mais ne sombre pas", équivalent du bon mot de Jean de la Fontaine sur le roseau de sa fable : "Je plie, et ne romps pas." Sa représentation symbolique née au lendemain des attentats, elle, vient donc de s'éteindre.

Mais tel est le jeu du graff, vivant autour de peintures éphémères : alors que le Fluctuat nec mergitur avait déjà commencé à être recouvert avant de disparaître, la nouvelle fresque représentant les affrontements flics/ anti-flics n'est déjà plus.

À voir aussi sur konbini :