AccueilÉDITO

Le pape soutient la "Marche pour la vie", une manifestation anti-IVG

Publié le

par Théo Mercadier

(Wikipedia Commons /©Benhur Arcayan)

L'Église catholique a apporté son soutien à la très controversée marche anti-IVG qui doit se dérouler ce dimanche 22 janvier, une posture rétrograde révélatrice de l'état d'esprit de la vénérable institution.

Sans grande surprise. Tous les ans, des collectifs "pro-vie" organisent la "Marche pour la vie", une manifestation pour protester contre le droit à l'avortement en France. Tous les ans, le pape leur apporte son soutien aveugle. Et tous les ans, on se demande si l'Église catholique n'est pas un tout petit peu en retard sur son temps, juste un tout petit peu...

Dans une lettre relayée avec la fierté qu'on imagine par les organisateurs de ce mouvement liberticide, le pape François (ou plutôt ses représentants officiels en France, mais quelle différence au fond ?) a "salué cordialement les participants à cette manifestation" tout en les encourageant à "œuvrer sans relâche pour l'édification d'une société de l'amour et d'une culture de la vie".

Cette manifestation, prévue dimanche 22 janvier dans les rues de Paris, est pourtant loin d'être un modèle "d'amour" et ses organisateurs ont provoqué un tollé en faisant relayer leurs vues très conservatrices par des titres de la presse française, tels Le Figaro ou Valeurs actuelles. Une campagne de publicité agressive dont les rédactions des journaux disent ne pas avoir été tenues au courant et qui avait poussé la ministre des Familles Laurence Rossignol à exprimer son indignation :

Si le malaise était palpable chez les journalistes du Figaro, la direction, elle, a tenu un discours nettement plus assumé. "Il s’agit d’une opinion (les pro-life), qui a le droit d’être défendue, qui n’est pas illégale, pas injurieuse et qui représente la position de l’Église catholique et du pape, donc d’une partie de nos lecteurs", a ainsi expliqué Alexis Brézet, directeur des rédactions du journal. Alors, si c'est l'Église qui le dit ...

Dans la même veine, les petits soldats du collectif En marche pour la vie ont participé le 16 janvier à une grande vague d'affichage sauvage sur les Abribus avec des pancartes anti-IVG. L'entreprise JC Decaux, en charge de l'exploitation de ces espaces publicitaires, a annoncé avoir déposé plainte contre l'association rétrograde. Après enquête, Konbini a découvert que l'opération était un coup de force millimétré et préparé de longue date, comme le montrent les textos reçus en amont par une source interne, avec rendez-vous précis et consignes vestimentaires : "Tenue Street Crade, il faut que vous ressembliez à des techniciens." Ces derniers apprécieront.

À voir aussi sur konbini :