Génie : le panneau publicitaire distributeur d'eau potable

S'il y a bien quelque chose que vous retrouverez à peu près partout dans le monde, transcendant moeurs et cultures, c'est la publicité. Plus encore que la notion de publicité, les gigantesques panneaux publicitaires sont inhérents aux routes et aux carrefours du monde entier. Et la plupart du temps, il faut l'avouer, ils dénaturent les paysages.

Sauf que quelqu'un semble avoir eu une idée géniale : inventer un panneau publicitaire capable de produire de l'eau potable grâce à l'humidité contenue dans l'air.

Lima est la capitale du Pérou. Elle dénombre plus de 9 millions d'habitants, dont nombre d'entre eux vivent dans des conditions de grande pauvreté. Et le problème principal de ces gens est de trouver de l'eau potable. Un article du Monde daté de 2009 témoigne de la pollution des nappes phréatiques, cause de la difficulté pour la population de s'approvisionner.

C'est pourquoi le projet de l'Université d'Ingénierie et de Technologie (UTEC) de Lima, présenté dans cette vidéo, risque de faire du bruit.

L'UTEC aurait bel et bien développé un panneau publicitaire qui produit de l'eau potable grâce au fort taux d'humidité contenu dans l'air de Lima. Le panneau n'est pas encore autosuffisant et nécessite de l'électricité pour fonctionner. Pourtant, il fonctionne...

... et ça a l'air très sérieux (Crédits image : MAYO DRAFTFCB / UTEC)

... et ça a l'air très sérieux (Crédits image : MAYO DRAFTFCB / UTEC)

Oui, mais.

Selon Techcrunch, le panneau d'affichage a déjà produit 9450 litres d'eau en seulement trois mois, qu'il annonce comme la consommation d'eau de "centaines de familles par mois." Ce n'est pas le cas. Dans l'article du Monde cité plus haut, une femme explique utiliser 200 litres d'eau par jour pour sa famille. Soit 3000 litres d'eau par mois pour une seule famille.

A titre de comparaison, le quotidien rappelait aussi que "la consommation d'eau potable en France est en moyenne de 150 à 160 litres par jour et par habitant". Soit 4500 litres d'eau par personne et par mois. Edifiant, non ? Reste que ce projet péruvien, s'il est poursuivi, pourrait aboutir à se multiplier et contribuer à l'amélioration des conditions de vie de certaines populations.

Par Théo Chapuis, publié le 13/03/2014