L’Ouganda développe les premiers bus à énergie solaire d’Afrique

Le constructeur ougandais Kiira Motors a présenté le premier prototype de bus à énergie solaire du continent africain. 

sun-road

Nils Erik Mühlfried/Flickr

Kayoola est un prototype développé par le constructeur automobile ougandais Kiira Motors Corporation. Il s’agit d’un bus de 35 places, doté de deux batteries alimentées grâce à un rack de panneaux solaires placé sur le toit. L’engin, destiné aux transports en commun, est conçu pour couvrir une distance de 80 kilomètres en toute autonomie et se recharger en seulement une heure.

Publicité

Et pour cause, le PDG de Kiira Motors, Paul Isaac Musasizi, interrogé par CNN explique :

"En Ouganda, nous avons du soleil tout le temps […] Aucun autre pays dans le monde qui fabrique des véhicules n’est situé aussi près de l’équateur. Nous devrions nous en réjouir et en tirer profit."

Créer des emplois dans le secteur vert

L’idée est donc bien de révolutionner les transports publics, en les rendant plus silencieux et propres, et de réduire la pollution atmosphérique assez élevée, notamment dans la capitale, Kampala. Mais il s’agit également pour Kiira Motors Corporation de créer des emplois : d'ici 2020 près de 200 personnes seraient directement ou indirectement employées pour produire la voiture Kayoola et 2 000 d'ici 2040 pour l'ensemble des productions automobiles de la société Kiira Motors.

Publicité

À terme, Paul Isaac Musasizi souhaite produire 50 bus par an en Ouganda puis en Afrique de l’Est, et même au-delà des frontières africaines :

"En lançant le bus, nous montrons que l’Ouganda a désormais le potentiel d’apporter sa pierre à l’édifice sur le plan international, particulièrement en termes de technologie électrique."

Publicité

Le seul obstacle reste pour l’instant le coût de production élevé de ces bus. Il passerait d’environ 125 000 euros l’unité à 40 000 euros si le projet était développé en masse. La seule façon de rendre le projet viable serait donc un investissement important de la part du gouvernement.

Par Jeanne Pouget, publié le 16/02/2016

Pour vous :