AccueilÉDITO

#OpKKK : Anonymous révèle officiellement les noms de 1000 membres du Klan

Publié le

par Inès Bouchareb

Chose promise, chose due : Anonymous a révélé l'identité d'un millier de membres du Klan américain, un an après le lancement de l'OpKKK.

C’est un véritable travail d’investigation qu’a mené le collectif de hackers, quasiment un an après le lancement de leur Opération KKK. En novembre 2014, Anonymous avait entamé cette croisade contre le Klan après que ce dernier avait menacé de mort les personnes souhaitant manifester à Ferguson, dans le Missouri, où un policier avait abattu Michael Brown, jeune afro-américain de 18 ans, le 9 août 2014.

Après avoir dévoilé une quarantaine de profils du triple K le 2 novembre 2015, les hackers révèlent 3 jours plus tard les noms de 1000 membres de l'organisation. C'est dans un document sur Pastebin qu'Anonymous a vendu la mèche. Il y explique ses motivations, sa démarche, son ressenti et surtout ses objectifs :

Le Ku Kux Klan compte aujourd’hui à peu près 150 cellules actives dans 41 Etats américains. Ce n’est plus ce que c’était. De plusieurs millions d’adhérents ils sont passés à approximativement 5 000 membres. Ces groupes s’opposent généralement aux homosexuels, aux couples mixtes et à l’immigration illégale, et ce par des actes de terreurs. Nous tenons à vous le rappeler, cette opération n’est pas une vendetta contre les idées du Klan, mais contre leur comportement terroriste.

Nous, Anonymous, défendons la liberté de pensée et d’expression. Les Anons à la tête de cette opération ne soutiennent pas les actes terroristes perpétrés par le Klan. Le KKK fait partie du paysage culturel et historique des États-Unis, où il existe un racisme violent. Nous voulons maintenant faire place à un débat honnête, public et productif.

Ils soulignent :

La réalité, c’est que le racisme ne porte pas de capuche. Si nous avons voulu enlever leur cagoule à ces individus, c’est pour montrer ce qu’ils symbolisent dans la société.

Pour les médias, le Ku Klux Klan est une cible facile. Les journalistes écrivent ce qu’ils veulent à leur sujet, souvent des histoires sensationnalistes pour vendre leurs journaux. Nous pensons qu’il est nécessaire de fournir des informations justes.

Cependant, Anonymous admet avoir des points communs avec les membres du KKK :

Nous avons appris au cours de cette opération que malgré nos différences idéologiques avec les membres du Klan, nous avons des points communs. Par exemple, ils sont principalement énervés contre l’Humanité. Ils sont contre la surveillance gouvernementale et ont l’impression qu’on menace leur liberté d’expression. Au jour le jour, ce sont des gens qui travaillent beaucoup pour peu d’argent.

Nous pensons qu’il est important de trouver des similitudes à ceux qui nous sont diamétralement opposés, même s’ils sont animés par la haine. Nous ne sympathiserons jamais avec le KKK mais nous voulons les comprendre et comprendre leur vision du monde. Nous respectons leur humanité et leur liberté d’expression, et nous savons que leur peur des autres est mauvaise. Nous savons aussi qu’ils suscitent la peur, l’anxiété et la terreur chez d’autres personnes, et ça ne peut plus être toléré par la société.

Derrière certains (ex-)membres du Klan se cachent aussi des néo-nazis et des sociopathes dangereux :

Dans cette liste, vous trouverez les identités de différents membre du Klan aux États-Unis, ainsi que leurs collaborateurs proches (qui sont pour la plupart actifs dans d’autres groupes suprématistes). Vous trouverez ici certains alias, qui sont confirmés. D’autres noms de la liste peuvent être des alias aussi, car il y en a que nous n’avons pas pu déchiffrer. Mais que ce soit des noms ou des alias, ce sont des gens sous ces capuches. Beaucoup de membres du Klan changent de groupuscules et alternent entre KKK et cellules néo-nazies. Certains sont des sociopathes très dangereux, d’autres non.

Nous avons mis 11 mois à rassembler toutes ces données, souvent grâce à l’aide de sources ou de l’espionage digital. Nous avons chatté avec quelques membres du Klan, mais on ne sait jamais à qui l’on s’adresse sur Internet. Nous considérons que la révélation de ces informations est une forme de résistance contre la violence et les tactiques d’intimidation du Klan dans l’histoire américaine.

Des noms à prendre avec des pincettes

Si les Anonymous parlent bien entendu de révélation, leur liste est à prendre avec des pincettes. Comme le souligne Le Monde, il s'agit d'une "compilation de noms de personnes faisant partie de groupes Facebook ou de cercles Google + proches du Ku Klux Klan", faisant dire au quotidien français : "Cette liste n’apporte donc aucune révélation".

Comme la première flopée de noms dévoilés il y a trois jours, qui avait été remise en cause dans la foulée par les Anonymous, certains soi-disant membres cités seraient faux.

Le Monde précise ainsi :

[La liste] comporte de nombreuses erreurs, notamment plusieurs pseudonymes présentés comme des vrais noms et inclut également le dessinateur libertarien Ben Garrison, classé à droite, mais sans lien avec le Ku Klux Klan.

À voir aussi sur konbini :