AccueilÉDITO

L'ONG Courage lance un crowdfunding pour aider les lanceurs d'alerte

Publié le

par Thibault Prévost

L'organisation internationale Courage, qui tente d'assurer la défense de lanceurs d'alerte, lance une collecte de fonds de 100 000 dollars.

Edward Snowden dans le documentaire Citizenfour. (© Haut et Court)

Chelsea Manning, Edward Snowden, Lauri Love ou Jeremy Hammond... Dans le monde entier, ces noms évoquent désormais la subversion et l'opacité des décisions gouvernementales. Et les quatre lanceurs d'alerte/hackers ont payé au prix fort leur outrecuidance : Edward Snowden est désormais exilé en Russie, Chelsea Manning et Jeremy Hammond sont incarcérés et l'Anglais Lauri Love fait face à une demande d'extradition des États-Unis (et une peine de prison de 99 ans, selon ses avocats), alors qu'il est pour le moment détenu en Grande-Bretagne. Un point commun entre les quatre citoyens : les recours en justice et procédures de révision seront longs, ardus... et extrêmement coûteux.

Pour venir en aide aux lanceurs d'alertes, l'ONG internationale Courage, qui fait se côtoyer activistes,  journalistes, anciens des agences de renseignement américaines et britanniques, hackers et juristes, a donc décidé de passer par la case du financement participatif. La barre est élevée : 100 000 dollars (90 000 euros). Une somme importante, qui est pour le moment loin d'être réunie : lancée le 12 juillet dernier sur FundRazr, la collecte atteint péniblement les 4 700 dollars (4 250 euros).

Pour le moment, la plus grande partie de cette somme servira à couvrir les frais engagés ces deux dernières années (l'ONG a été créée en 2013)  et à préparer le dossier le plus urgent, l'appel de Chelsea Manning, qui devrait intervenir en 2017. Cette levée de fonds intervient dans un contexte de durcissement vis-à-vis des lanceurs d'alerte, alors que l'UE a récemment voté la directive sur le secret des affaires (rendue célèbre par une chronique de Nicole Ferroni) – qui criminalise (un peu plus) la divulgation d'informations – et que le Français Antoine Deltour, à l'origine du scandale financier des LuxLeaks, a écopé d'un an de prison avec sursis.

À voir aussi sur konbini :