@http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/brigitte-lahaie-indigne-caroline-de-haas-en-declarant-qu-on-peut-jouir-lors-d-un-viol-1022005.html

"On peut jouir lors d’un viol" : l'argumentation effarante de Brigitte Lahaie face à Caroline De Haas

Venue défendre sa tribune prônant "une liberté d’importuner", l’animatrice Brigitte Lahaie a choqué sur BFMTV avec des propos banalisant le viol.

"Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle." Dans une tribune publiée ce 9 janvier sur Le Monde, un collectif de 100 femmes, dont la directrice de la rédaction du magazine Causeur Élisabeth Lévy et l’animatrice Brigitte Lahaie, a défendu "une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle".

Publicité

Entendant s’opposer à un féminisme qui prendrait "le visage d’une haine des hommes et de la sexualité", les signataires sont allées jusqu’à excuser les "frotteurs du métro", encourageant leurs victimes à compatir au triste sort de leurs agresseurs :

"[Une femme] peut veiller à ce que son salaire soit égal à celui d’un homme, mais ne pas se sentir traumatisée à jamais par un frotteur dans le métro, même si cela est considéré comme un délit. Elle peut même l’envisager comme l’expression d’une grande misère sexuelle, voire comme un non-événement."

Cette défense des agresseurs et cette culpabilisation des victimes ont pris une nouvelle dimension sur le plateau de BFMTV ce 10 janvier. Brigitte Lahaie était invitée dans l’émission NewséCompagnie, présentée par Nathalie Levy, aux côtés de la militante féministe Caroline De Haas. Cette dernière a publié une tribune en réponse à celle du collectif sur France Info, qu’une trentaine de femmes a signée.

Publicité

Sur le sujet de la liberté sexuelle des femmes, la militante tentait d’expliquer à l’animatrice pourquoi il faut "arrêter les violences", développant qu’elles "empêchent la jouissance" : "quand vous avez été victime de viol, vous jouissez moins bien en fait, en général" a-t-elle précisé. La réponse de Brigitte Lahaie a été aussi prompte que choquante : "On peut jouir lors d’un viol, je vous signale".

Comme L’Express le rapporte, elle a également cru pertinent dans la même émission de qualifier les "frotteurs du métro" (soit des agresseurs sexuels) d’hommes à la "sexualité violente", minimisant et banalisant clairement ce délit, comme le crime qu’est le viol.

Cette façon d’atténuer la gravité des agressions sexuelles et d’en faire porter la culpabilité sur les victimes, en niant l’impact psychotraumatique de ces violences sexuelles, a été dénoncée par Caroline De Haas sur Twitter, soutenue par de nombreux internautes.

Publicité

La journaliste Nassira El Moaddem, directrice du Bondy Blog, a également interpellé Nathalie Levy, l’animatrice de l’émission, qualifiant de "choquant[e]" son absence de réaction face aux propos tenus par son invitée.

Publicité

À lire -> En réponse à la tribune du Monde, Osez le féminisme ! invite à ne pas "diviser les femmes entre elles"

Par Mélissa Perraudeau, publié le 11/01/2018

Copié

Pour vous :