Page officielle facebook d’Angelyne

On en sait plus sur Angelyne, l’ancêtre de Kim Kardashian et Paris Hilton

Dans les années 1980, cette bimbo vêtue de rose, Angelyne, était l’une des icônes pop de Los Angeles. La presse US vient de découvrir la véritable identité de la grand-mère des it girls actuelles.

Angelyne, icône pop US des années 1980 était devenue une star pour pas grand-chose bien avant Kim Kardashian. La slasheuse à la fois actrice, chanteuse, mannequin était connue pour son look de cagole version US (cheveux décolorés, robes courtes, faux seins, talons hauts) et ses déplacements dans L.A. en Corvette rose ; quelque part entre Dolly Parton, un personnage de John Waters et une performance artistique, elle s’est façonné elle-même. Elle a commencé par jouer dans un porno 70’s avant de rejoindre le casting du film culte Phantom of the Paradise. Elle a ensuite fait partie du groupe de punk rock 80’s Baby Blue puis s’est lancée dans une carrière solo.

Publicité

Mais ce qui l’a vraiment rendue célèbre, ce sont des campagnes d’affichage XXL à son effigie placardées dans tout L.A. pendant les années 1980 et financées par de mystérieux investisseurs. Ces publicités ont même été parodiées par Futurama et les Simpsons.

Réinvention

Angelyne - qui est toujours en vie - a construit un personnage cartoonesque de femme soi-disant née à Louisville dans le Kentucky en 1962. Mais après un an d’enquête, le Hollywood Reporter révèle que derrière l’énigmatique pin-up blonde Angelyne Llyne se cache en fait la rousse Renee Tami Goldberg, née en 1950 de parents juifs polonais ayant survécu à l’holocauste et aux camps de concentration. Ces derniers ont émigré en Israël après la guerre, puis à Los Angeles.

Publicité

Comme beaucoup de filles qui deviennent des bimbos, l’enfance d’Angelyne n’aurait pas été aussi lisse que ses cheveux platine et son sourire malicieux, même si la blonde ne veut rien confirmer au journaliste, se réservant pour ses mémoires.

Le rose et le noir

Pour le journaliste du Hollywood Reporter Gary Baum, l’image de Renee Tami Goldberg est une représentation exagérée de la culture américaine liée à l’histoire de l’arrivée des juifs aux États-Unis après la guerre. Pour Baum, le fait que les juifs aient assimilé la culture US après l’holocauste était une manière d’embrasser quelque chose de totalement nouveau pour tenter d’oublier le trauma. Celle qui en 2003 a été candidate au poste de gouverneure de Californie avec comme slogan : "Nous avions le gris, nous avions le marron, maintenant il est temps pour un peu de blond et de rose", serait donc le fruit d’un passé bien moins rose que son look.

Publicité

Publicité

Par Violaine Schutz, publié le 03/08/2017

Pour vous :