Occupy Central : les manifestants de Hong Kong ont leur propre jeu vidéo

Une société de développement d'applis pour mobiles de Hong Kong a conçu un jeu de soutien au mouvement Occupy Central. Évidemment, il y a des parapluies.

Le but du jeu : repousser les assauts répétés des policiers, mais aussi des Triades, des contre-manifestants et même du chef de l'exécutif de Hong Kong, le boss final (Capture d'écran YouTube)

Le but du jeu : repousser les assauts répétés des policiers, mais aussi des Triades, des contre-manifestants et même du chef de l'exécutif de Hong Kong, le boss final (Capture d'écran YouTube)

Quoi qu'il advienne du mouvement Occupy Central, les étudiants aux aspirations pro-démocratie qui font trembler Pékin auront laissé leur marque. D'abord, indéniablement, pour avoir lutté des mois durant contre le projet du gouvernement chinois de réduire la portée du suffrage universel à Hong Kong. Mais aussi pour avoir marqué les esprits : on l'appelle "révolution des parapluies" ou "mouvement du ruban jaune", du nom de ces deux symboles des manifestants.

Alors que des milliers de personnes protestent toujours dans les rues de Hong Kong, on peut désormais expérimenter virtuellement les assauts successifs que doivent essuyer sans relâche les manifestants. Et sans bouger de son canapé.

Le 25 octobre, le jeu vidéo Yellow Umbrella débarquait sur Google Play. Son principe est tout bête : tenir coûte que coûte la barricade contre les assaillants : policiers, troupes anti-émeutes, triades, milices anti-Occupy et même Leung Chun-ying, chef de l'exécutif hongkongais (dont les manifestants réclament la démission).

"Réveiller les gens"

Réalisé par Awesapp, une société de développement d'applis mobile justement basée à Hong Kong, Yellow Umbrella se sert des symboles qui ont tant porté le mouvement dans les médias pour les intégrer au jeu. Les manifestants virtuels doivent amasser des rubans jaunes afin d'acheter des armes défensives et s'en servir (comme les traditionnels parapluies, mais aussi plus étrangement des gâteaux ou des liasses de billets...).

Fung Kam Keung, qui a travaillé sur l'appli, confiait au South China Morning Post que son jeu est bien plus qu'une satire. "C'est pour réveiller les gens", explique-t-il avant de poursuivre : "mon équipe a travaillé nuit et jour pendant cinq jours pour terminer le jeu". Il assume complètement soutenir la cause d'Occupy Central.

Selon le journal chinois, une version de Yellow Umbrella pour iOS est actuellement en validation par Apple.

Sur place, Occupy cherche son second souffle

Pendant que l'application se fait connaître bien au-delà des frontières de l'Empire du Milieu, le mouvement Occupy Central subit sur le terrain une crise de direction qui l'a amené à annuler un important vote qui aurait dû se tenir entre dimanche 26 et lundi 27 octobre.

"Il y a beaucoup de conflits et d’opinions contradictoires", reconnaissait Alex Chow, l’un des leaders de la révolte, comme le rapporte La Croix. Les meneurs des manifestations craignent aussi une infiltration d'opposants qui auraient faussé les résultats du vote.

Par Théo Chapuis, publié le 27/10/2014