AccueilÉDITO

En plus de Chelsea Manning, Barack Obama a accordé une grâce présidentielle à de nombreux détenus

Publié le

par Cyrielle Bedu

WASHINGTON, DC – DECEMBER 16: President Obama holds a year-end press conference at The White House on December 16, 2016 in Washington, DC. (Photo by Leigh Vogel/WireImage)

Hier, Barack Obama a accordé une grâce à 273 prisonniers en une seule journée, avec une réduction de peine ou un "pardon présidentiel" à la clé.

© Leigh Vogel/WireImage/Getty Images

Après un peu plus de six années passées derrière les barreaux pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Wikileaks, Chelsea Manning a bénéficié hier d'une commutation, soit une réduction de peine, accordée par le président américain Barack Obama. Alors qu'elle devait encore passer près de 29 ans en prison, la jeune femme sera finalement libérée dans six mois.

Mais Chelsea Manning ne sera pas la seule à profiter d'une remise de peine. Avec elle, ce sont près de 209 autres prisonniers qui ont vu leur peine commuée hier par Barack Obama. De plus, 64 personnes ayant déjà purgé leur peine ont quant à elles été "pardonnées" par le président américain, ce qui signifie que certaines des libertés qui leur avait été retirées après leur jugement leur seront restituées. Au total, ce sont donc 273 personnes qui ont bénéficié de la clémence présidentielle, à quelques jours de la fin de la présidence de Barack Obama.

Parmi ces personnes se trouve James Cartwright, ex-numéro deux de l'état-major américain, accusé d'avoir menti au FBI au sujet de révélations sur un virus informatique qui avait paralysé le programme nucléaire iranien en 2010.

Barack Obama signant des décrets de remise de peine le 31 mars 2015. (© Pete Souza/White House)

Un record de clémence

C'est officiel. De toute l'histoire des États-Unis, Barack Obama est le président américain qui a accordé le plus grand nombre de grâces, comme le montre ce graphique mis à jour cette nuit par la Maison-Blanche : 1 385 personnes au total, dont 504 étaient condamnées à une peine d'emprisonnement à perpétuité.

Des remises de peine accordées comme des derniers signaux d'espoir avant le début de la présidence de Donald Trump, l'homme d'affaires étant déjà considéré comme le président le plus impopulaire à entrer dans la Maison-Blanche.

À voir aussi sur konbini :