Cadavre d’un porcelet gisant au milieu d’un élevage (©L214)

featuredImage

Vidéo : L214 met en lumière l'hygiène déplorable d'un élevage de porcs dans le Finistère

Après de nombreuses vidéos réalisées en caméra cachée dans des abattoirs, l'association L214 rend publiques ce 16 mars les images d'un élevage intensif de cochons situé près de Quimper. 

"S'il vous arrive de manger saucisson, jambon, lardons, rôti ou côtes de porcs cette vidéo est faite pour vous", annonce Grégory Guillotin, comédien et youtubeur pour introduire la dernière vidéo de la L214 consacrée à un élevage de cochons en Bretagne. Dans cet élevage appartenant au groupe Triskalia, un des plus gros groupements de producteurs de cochons de la région, on constate que les animaux vivent dans des conditions sanitaires déplorables, évoluant au milieu des cadavres de leurs congénères en putréfaction ou de leurs ossements.

Comme dans la plupart des élevages industriels, les truies détenues en cage sont inséminées artificiellement et mettent au monde des porcelets à la chaîne. Les petits animaux, qui ne voient jamais la lumière du jour, sont rapidement amputés de la queue, à vif, à l'aide d'un matériel barbare et précaire pour leur éviter de se mutiler par ennui. Une existence brève faite de barbarie et de conditions de détention répugnantes.

Cadavre d'un porcelet gisant au milieu d'un élevage (©L214)

Cadavre d'un porcelet gisant au milieu d'un élevage. (© L214)

Des cadavres de cochons entassés dans une poubelle à l'air libre dans l'élevage près de Quimper (©L214)

Des cadavres de cochons entassés dans une poubelle à l'air libre dans l'élevage près de Quimper. (© L214)

Un risque réel pour la santé humaine

Les images montrent, en outre, des infrastructures particulièrement insalubre et des conditions propices au développement de maladies en tous genre. Les lieux, qui semblent presque à l'abandon, sont couverts de toiles d'araignée géantes et denses, on constate la présence de moisissures sur les murs, des flacons d'antibiotiques destinés aux animaux traînent ici et là parmi les cadavres de spécimens qui n'auront pas survécu ou les excréments des autres.

Des antibiotiques, de la moisissure et des toiles d'araignées (©L214)

Des antibiotiques, de la moisissure et des toiles d'araignées. (© L214)

"Les truies donnent naissance à 25 millions de cochons chaque année en France et 95 % de ces cochons vivent dans des élevages intensifs de ce type. Certains sont un peu plus propres, je vous l'accorde, mais dès que l'on montre des images d'un élevage ou d'un abattoir, on peut voir ce genre de choses : c'est ça la viande de porc made in France les amis", conclut Grégory Guillotin dans sa vidéo.

Pour Hélène Gateau, docteure vétérinaire et chroniqueuse animalière sur France Télévisions, qui a pu voir les images, "le risque de transmission de dangers ayant un impact sur la santé animale, mais aussi sur la santé humaine, est maximal". Parallèlement, Le Monde rappelle que le groupe Triskalia (qui n'a pas souhaité s'exprimer au sujet de ces images) approvisionne notamment le géant français de la viande Bigard, avec lequel il se targue d’avoir développé des filières de qualité (Label Rouge Opale, Bleu Blanc Cœur, etc.). L'association L214 a lancé une pétition en ligne pour faire fermer au plus vite cet élevage porcin du Finistère.

Par Jeanne Pouget, publié le 16/03/2017

Copié