Getty/ iStock

185 produits cosmétiques du quotidien contiendraient des substances toxiques

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir a rendu public lundi 22 février, un tableau recensant la composition de 185 produits cosmétiques de grande consommation. Selon l'association de consommateurs, tous contiennent des substances "préoccupantes" pour la santé.

Rayon cosmétique - Getty/ iStock Clu

Getty/ iStock Clu

Dentifrices, shampoings, déodorants, crèmes, gels douche … L’association UFC-Que Choisir a passé au peigne fin nos produits cosmétiques du quotidien et y a trouvé 185 contiennent des substances à caractère toxique. Il s'agit de produits allergisants, irritants ou qui sont des perturbateurs endocriniens.

Publicité

Les noms "méthylisothiazolinone", "ethylhexyl methoxycinnamate" ou encore "cyclopentasiloxane" – que l’on ne se risquera pas à prononcer – ne vous disent sûrement rien. Et pourtant ce sont des substances toxiques pour la santé et l’environnement, massivement présentes dans nos produits de beauté. Ils sont utilisés par les fabricants comme conservateurs, filtres UV, ou pour leurs vertus assouplissantes et hydratantes.

Derrière le marketing, le manque d’encadrement

L’UFC-Que Choisir alerte aussi sur le fait que ces substances toxiques pour la santé se retrouvent aussi bien dans des produits de grandes marques comme Roc, L’Oréal ou Le Petit Marseillais que dans ceux de distributeurs comme Carrefour,  Leclerc ou Monoprix.

L’association pointe du doigt l’absence de référence fiable à destination du consommateur. Ainsi, même derrière la mention "hypoallergénique" apposée par certaines marques sur le packaging de leurs produits, se cacheraient des conservateurs, qualifiés de très allergènes par les dermatologues. Des substance néfastes que l'on retrouve aussi dans des crèmes pour bébé ou des produits pour l’hygiène intime.

Publicité

Les marques et les mentions apposées par les marques sur leurs produits n’étant pas gage de fiabilité pour la santé, l'UFC-Que Choisir a donc dressé une carte repère à imprimer, téléchargeable ici, qui répertorie les douze substances les plus à risque. À glisser d’urgence dans son portefeuille !

À lire ->  Une nouvelle enquête dénonce l'opacité qui règne sur l'origine des viandes

Par Jeanne Pouget, publié le 23/02/2016

Pour vous :