AccueilÉDITO

Vidéo : au Nouveau Mexique, une communauté bâtit ses maisons grâce aux déchets

Publié le

par Naomi Clément

Alors que les dirigeants du monde entier s'affairent à prendre des mesures durables pour notre planète, une petite communauté américaine semble déjà avoir trouvé la solution.

La première maison construite avec des canettes © Image tirée de <a href="https://vimeo.com/147652356" target="_blank">la vidéo "Meet The Earthship"</a>, réalisée par The Adaptors

On les a plus d'une fois comparés à d'étranges hippies, à des fans de Mad Max ou encore à des détraqués. Pourtant, à l'heure où le réchauffement climatique atteint un stade critique, les membres d'Earthship s'apparentent à de véritables visionnaires, et auraient plus d'une leçon à nous donner en matière d'écologie.

Fondée dans les années 70 par l'architecte Michael Reynolds, qui a d'ailleurs publié plusieurs livres sur le sujet, cette petite communauté basée à quelques kilomètres de la ville de Taos (Nouveau Mexique) vit selon une devise simple : construire leur maison avec tout – absolument tout – ce qui se trouve sur leur route, notamment les déchets, accumulés en masse au cours de ces derniers siècles et difficilement recyclables en raison de leur abondante quantité.

Ces habitats ont été baptisés les "Earthship", et en plus d'être fabriqués avec des ordures, ils sont chauffés par l'énergie solaire et reposent sur un système de recyclage des eaux usées. La première maison à avoir été bâtie par Michael Reynolds reposait entièrement sur des canettes. C'était en 1972.

"Des radeaux de sauvetage"

Depuis, Michael Reynolds a construit d'autres maisons, d'autres Earthships. Sa communauté en compte aujourd'hui 65, qui s'étendent sur une zone pouvant en accueillir 130. Dans une vidéo intitulée "Meet The Earthship", réalisée par The Adaptors et visible ci-dessus, l'architecte de 70 ans explique :

Je suis vraiment fatigué d'entendre les mots "recycler", "durable", "vert", "organique" ; ce dont des choses rhétoriques. J'utiliserai tout ce que je peux, même si c'est la doudoune de ma mère ! [...] Si les gens ne voient pas les désastres qui se profilent à l'horizon, on ne peut pas les convaincre de ce qui arrive. Ils auront à le découvrir par eux-mêmes ;  je fais juste des radeaux de sauvetage.

En espérant que Michael Reynolds et ses Earthships conquièrent bien d'autres adeptes à travers le monde.

À voir aussi sur konbini :