AccueilÉDITO

En Norvège, le réchauffement climatique menace le "coffre-fort de l’Apocalypse"

Publié le

par Thibault Prévost

Crédit: Wikimedias Commons

Le Global Seed Vault, un gigantesque bunker situé dans le désert polaire qui renferme des échantillons de graines (et des données), a subi une inondation.

© Wikimédia Commons/CC

Dans l’enfer glacé du Svalbard, à mi-chemin de la Norvège et du pôle Nord, le Global Seed Vault est notre meilleure arme contre l’apocalypse climatique. Ce coffre-fort géant de 256 mètres carrés, bâti dans le flanc d’une montagne à l’emplacement d’une ancienne mine de charbon, stocke depuis 2008 des millions de semences, les plus précieuses de l’humanité, à près de 120 mètres de profondeur. Impénétrable, infranchissable, le coffre-fort a été construit par les autorités norvégiennes pour assurer à l’humanité que même dans le cas où nous faisions vraiment n’importe quoi avec nos ressources – bon, okay, c’est déjà ce qu’on fait actuellement –, le coffre-fort resterait intact et prêt à l’emploi. Sauf qu’en réalité, le réchauffement climatique tape déjà tellement fort que la grotte… vient d’être inondée.

La semaine dernière, rapporte le Guardian, le permafrost qui entoure toute la structure a fondu, la faute à une montée des températures inimaginable il y a encore quelques années, même pour les responsables du projet. "Nous n’avions pas prévu que le permafrost ne serait plus là et qu’il subirait un climat aussi extrême", reconnaît  Hege Njaa Aschim, employé par le gouvernement norvégien, dans le Guardian. Le quotidien britannique rappelle que fin 2016 – l’année la plus chaude jamais enregistrée sur Terre –, les températures étaient supérieures de 7 degrés à la normale sur l’île de Spitzberg, là où se trouve le coffre-fort. Suffisant pour faire fondre le permafrost, transformer l’habituelle neige en pluie et inonder les précieuses galeries.

Une installation censée durer éternellement

Résultat : les couloirs du coffre se sont emplis d’une sorte de glacier, l’eau restant liquide à l’entrée puis se transformant en glace à mesure qu’elle s’enfonçait dans les profondeurs de la montagne. Si l’inondation n’a heureusement eu aucun effet néfaste sur les graines, stockées à -18 °C, l'incident remet néanmoins en question la fiabilité de l’installation, censée durer éternellement (ou presque) et résister à la fois aux guerres et aux catastrophes climatiques.

Pour remédier aux futures conséquences d’un réchauffement climatique qui n’en finit plus de tout dérégler (et particulièrement dans les régions polaires, qui se réchauffent plus rapidement que le reste du globe), le Centre de ressources génétiques nordiques (NordGen), qui gère l’activité du coffre, va devoir étanchéifier le tunnel d’entrée, long de 100 mètres et creuser des conduits d’évacuation des eaux. En attendant, le matériel électrique (qui produit de la chaleur) a été déplacé et des pompes ont été installées dans les galeries. Reste désormais à savoir si l’incident est exceptionnel ou annonciateur d’un futur climatique aux conséquences potentiellement terrifiantes, si l’idée d’un coffre situé au pôle Nord et victime d’une inondation ne vous terrifiait pas déjà.

À voir aussi sur konbini :