Nokia ressuscite son fameux 8810, le téléphone à clapet de Matrix

Comme si faire revenir le 3310 ne suffisait pas, HMD Global persiste et signe avec Nokia, dévoilant un nouveau 8810, le "banana phone" de Neo. Pitié, non.

(© YouTube)

La plupart des gens (et des entreprises) partagent une nécessaire et noble vertu, celle d’apprendre de ses erreurs. Généralement, quand une idée s’est révélée mauvaise, contre-productive voire carrément ridicule, notre cerveau la marque au fer rouge afin que plus jamais nous ne la reproduisions. C’est à cet empirisme que nous devons notre rapide évolution technique, passant en quelques millénaires des peintures rupestres à l’Internet mobile haut débit.

Publicité

En 2018, HMD Global, qui détient désormais l’héritage de Nokia, semble curieusement imperméable à ce processus darwiniste : malgré l’échec de la résurrection du 3310, le "brick phone" de notre jeunesse, dont la présence n’était pertinente que dans nos souvenirs vernis de nostalgie, la firme a décidé de remettre ça avec un nouveau produit emblématique du crépuscule du XXe siècle : le 8810, le téléphone à clapet sur ressort porté avec une élégance folle par le casting de Matrix, tout en vinyle et verres fumés.

Le clapet à ressort, génie des Wachowski

Sorti en 1996, le téléphone tout en courbes bientôt rebaptisé "banana phone" par ses utilisateurs connaîtra son heure de gloire en 1999 avec le film des Wachowski, qui en feront un accessoire central de l’intrigue : c’est grâce à ce téléphone, livré par un coursier, que Morpheus tentera une première fois de sauver Neo de l’agent Smith et de la routine aliénante du bullshit job –"bonjour Neo, sais-tu qui je suis ?" –, et c’est également grâce à lui que les héros, une fois dans la Matrice, communiquent avec leur opérateur resté tranquillement dans le "vrai" monde.

Autre trouvaille de génie des Wachowski : monter le clapet du téléphone sur ressort pour que leurs héros l’activent d’une pichenette, avec le "clac" qui va avec. Le mécanisme avait beau ne pas être présent dans la version commercialisée, la légende était née… avant de disparaître paisiblement au passage du millénaire, charriée par le grand Styx du progrès technique vers les profondeurs du vintage. Avez-vous déjà entendu quelqu’un regretter publiquement son 8810 ? Non. Exactement. C’était très bien comme ça, d’ailleurs.

Publicité

25 jours d’autonomie

Bon, par acquit de conscience, voilà quand même les caractéristiques du "banana phone" zombifié en 2018 au sein de la collection Originals, qui ne propose pas moins de quatre résurrections : exit la protubérante antenne – HMD Global, vintage mais pas téméraire –, bonjour la compatibilité 4G (contrairement au 3310 qui, en plus d’être une gigantesque faute de goût, se révélait bien inutile dans notre monde connecté), bonjour aussi l’écran couleur et la connexion wifi.

Pour le reste, le 8810 proposera un OS inédit, KaiOS, fork de feu Firefox OS, qui permet d’afficher le HTML5. Grâce à une plateforme dédiée, le 8810 vous permettra de récupérer le kit de survie sociale classique (Google Maps, Facebook, Twitter, Google Assistant) et vous offrira une énième (pitié, n’en jetez plus) version remastérisée de Snake. En revanche, côté batterie, les vieilles marmites font toujours les meilleures soupes : 25 jours en veille, annonce Nokia. Prends ça, iPhone.

Si jamais vous cherchez un it accessoire pour aller avec votre baggy DDP et votre banane Lacoste, le 8810 sera disponible en mai pour la modique somme de 79 balles, soit 8 % du prix d’un iPhone X. En noir, évidemment, mais aussi en jaune. "banana phone", jaune banane… Vous l’avez ? Les années 2000, c’était mieux avant.

Publicité

Par Thibault Prévost, publié le 26/02/2018

Pour vous :