AccueilÉDITO

Nicolas Dupont-Aignan souhaite dialoguer avec les Républicains et le Front national

Publié le

par Astrid Van Laer

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, réélu député dans la 8e circonscription de l’Essonne, était invité sur France 3 ce dimanche 2 juillet. Il y a évoqué sa volonté de dialoguer avec certains membres du Front national ou des Républicains dans le but d’avoir une "opposition [au gouvernement] qui se reconstruise".

Dimanche 2 juillet, Nicolas Dupont-Aignan était l’invité de Dimanche en politique sur France 3. Le président de Debout la France a profité de l’occasion pour pourfendre la loi Travail, "qui va faire des salariés Kleenex", la présence du drapeau européen dans l’enceinte de l’Assemblée nationale, "le Parti socialiste [qui] est mort parce qu’il trahissait la gauche et le peuple", mais aussi un président de la République qu’il considère "soumis à une mauvaise Europe". Il a également dénoncé une "caste médiatique" qui a, selon lui, "mis la France sous propagande", fustigeant des journalistes qu’il juge sous la coupe d’Emmanuel Macron.

Le seul député sous l’étiquette Debout la France a ensuite déclaré vouloir une "opposition qui se reconstruise". Expliquant que "l’enjeu, c’est le programme commun de gouvernement [qu’ils pourront] bâtir pour changer la France et traiter les problèmes du pays à la source, au-delà de l’effet de com' qu’on voit depuis des semaines", Nicolas Dupont-Aignan a indiqué vouloir construire cette opposition avec "tous ceux qui croient en la France et ses valeurs", prenant en exemple des membres des Républicains ou du Front national :

"Je souhaite dialoguer avec Monsieur Wauquiez, avec Monsieur Mariani, avec tous ceux des Républicains qui ne vont pas à la soupe avec Monsieur Macron. Je souhaite dialoguer avec Monsieur Philippot, avec d’autres au Front national, je souhaite qu’on enlève les défauts du Front national et les défauts des Républicains, je souhaite qu’on donne une espérance à ces millions de Français qui ne veulent pas de la politique de Monsieur Macron et qui ont vu une opposition s’évanouir ou se diviser."

Une main tendue vers le Front national

Interrogé au sujet de la mise en examen de Marine Le Pen qui pourrait lui profiter, Nicolas Dupont-Aignan a botté en touche, répondant :

"Je veux que mon pays s’en sorte. […] On a eu des milliers d’adhésions à Debout la France. Ce qui m’a réconforté, c’est que ces milliers d’adhésions, ce sont des gens, des Républicains, qui estiment que je défends une belle idée de la nation, généreuse, et des gens du Front national qui en ont un peu assez du fonctionnement du Front national et de ses excès."

Le vice-président du Front national, Florian Philippot, a par la suite réagi à cette main tendue, déclarant qu’il était "toujours d’accord pour dialoguer quand il s’agit de l’intérêt national".

À lire -> Breaking news : Nicolas Dupont-Aignan assure ne s’être "jamais rallié au FN"

À voir aussi sur konbini :