AccueilÉDITO

Le néonazi américain Richard Spencer se prend un coup de poing et devient un mème

Publié le

par Matthew Kirby

Loin de nous l'idée d'excuser la violence, mais les internautes nous ont bien fait rigoler.

Si vous ne connaissez pas Richard Spencer, sachez que cet Américain de 38 ans est un suprémaciste blanc qui aime faire le salut nazi et crier "Hail Trump" lors de conférences réservées aux Blancs… Président d'un organisme destiné à promouvoir un "nationalisme blanc", il s'est notamment distingué ces dernières années en appelant à un "nettoyage ethnique pacifique" des États-Unis ou en se demandant ouvertement si "la civilisation avait besoin de la race noire" ou si "un génocide noir était justifié". Bref.

Dans son entreprise de trolling intense de la gauche américaine, Richard Spencer s'est continuellement moqué des manifestants et les a souvent provoqué en marge des rassemblements, espérant les pousser à des réactions violentes. Le 20 janvier, quelqu'un l'a pris au mot, et Richard Spencer s'est pris une méga-droite en pleine interview télé.

Alors qu'il répondait à des questions sur le KKK et le mème préféré de "l'alt-right" américaine, Pepe the Frog, un poing a déboulé en plein dans sa face. L'ironie du sort, c'est que tandis qu'il parlait de son mème préféré, il a fini par lui-même devenir un... mème. Depuis qu'il s'est mangé cette puissante droite, des milliers d'opposants à Richard Spencer et ses idées ont partagé cette vidéo.

D'autres, plus créatifs, se sont lancés dans des remix comiques de la vidéo. L'humoriste Tim Heidecker (du Tim and Eric Show) a même écrit une chanson à ce sujet. D'autres y ont vu la preuve de l'existence du karma.

On vous a fait une petite sélection de nos détournements préférés.

Sonic le hérisson – Game Over

Phil Collins – "In The Air Tonight"

Kevin & Perry 

Bruce Springsteen – "Born in the U.S.A."

Bee Movie : drôle d'abeille

Curb Your Enthusiasm

Les défenseurs de l'alt-right se sont lancés dans une campagne pour trouver l'homme cagoulé qui a porté le coup de poing. Richard Spencer estime de son côté que les militants de "l'alt-right" devraient monter une milice pour se protéger…

À lire -> Techniquement, Obama pourrait-il tuer Trump et se gracier lui-même dans la foulée ?

À voir aussi sur konbini :