AccueilÉDITO

Il y a de l'eau sur Mars

Publié le

par Thibault Prévost

L'agence spatiale américaine vient d'annoncer la découverte d'eau liquide sur Mars, ce qui augmente considérablement la probabilité de vie extraterrestre.

Il y a de l'eau sur Mars. De l'eau liquide, extrêmement salée. Des coulées, de plusieurs centaines de mètres, présentes dans les canyons et le long des cratères ocre de la planète désertique le temps d'un doux été martien. L'information provient de la Nasa, qui vient d'annoncer la découverte lors d'une conférence de presse vidéo, retransmise sur Internet et rapidement saturée par le nombre de visites.

Ces données, en provenance de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO), confirment la présence de saumures (de l'eau combinée à différents sels) sur les versants des cratères martiens exposés au Soleil durant l'été, particulièrement court et chaud à l'hémisphère sud durant la période de périhélie (le moment où la planète se trouve au plus près du Soleil). Des saumures qui laissent sur la surface de la planète de longues traces sombres avant de sécher et de s'évaporer à la faveur de l'automne, lorsque les températures se mettent à chuter.

Si ces traces avaient déjà été détectées par le passé et leur origine théorisée dans des revues spécialisées, seule une spectrographie de masse (un procédé qui analyse et identifie à distance les différents composés chimiques d'un matériau) pouvait confirmer la présence d'eau liquide salée, seule solution permettant de stabiliser l'eau liquide dans l'atmosphère martienne, bien moins dense que celle de la Terre. Désormais, nous y sommes.

Spoiler alert

Comme le rappelle Le Monde, l'annonce un tantinet sensationnaliste de la Nasa (coutumière du fait) n'étonnera pas les spécialistes : le prédécesseur du MRO, Mars Global Surveyor, avait déjà détecté ces coulées. De même, des analyses de données des missions Viking des années 70 et, plus récemment, du module d'exploration Curiosity au cratère de Gale, confirmaient la présence de chlorates et perchlorates de magnésium et de sodium - en d'autres termes, des sels, résultats publiés plus tôt en 2015 par Nature Geoscience.

Le 28 septembre, quelques heures avant l'annonce de la Nasa, Nature Geoscience récidivait et publiait un énorme spoiler, révélant les analyses spectrographiques que la Nasa gardait au chaud depuis des jours en promettant une "découverte scientifique majeure".

La confirmation de la présence d'eau liquide sur Mars, même extrêmement salée, change radicalement la conception que nous avons de la planète et laisse entrevoir d'immenses possibilités pour les futures missions d'exploration. Avec de l'eau liquide en son sein - dont la Nasa ignore toujours l'origine et la quantité réelle - et la présence d'humidité à sa surface, Mars devient d'un coup beaucoup plus habitable aux yeux des scientifiques, et sa colonisation par l'Homme de moins en moins utopique.

Comme le résumait au Guardian Michael Meyer, responsable du programme d'exploration martienne de la Nasa, "il  y a de l'eau liquide, aujourd'hui, sur la surface martienne. Grâce à cela, nous soupçonnons qu'il est au moins possible techniquement de mettre en place un environnement habitable dès aujourd'hui". John Grunsfeld, l'un des trois scientifiques intervenant à la conférence, expliquait quant à lui qu'il était possible d'utiliser cette eau, filtrée, pour faire pousser des plantes dans l'atmosphère artificielle d'une serre et mettre en place un véritable écosystème.

Des questions pratiques qui n'excluent évidemment pas LA question que soulève cette nouvelle découverte : et la vie extraterrestre, dans tout ça ? L'article de Nature Geoscience joue les rabat-joie de service en affirmant que "l'activité de l'eau dans les solutions de perchlorate pourrait être trop faible pour servir de support à la vie telle que nous la connaissons sur Terre", malgré la présence de vie microbienne sur Terre dans des conditions de salinité similaires, dans le désert de l'Atacama.

Avec cette découverte majeure (et redondante), la Nasa sait au moins où chercher. Et s'assure d'obtenir les crédits pour le faire.

À voir aussi sur konbini :