La Nasa dévoile le télescope James Webb, successeur d'Hubble

James Webb, le télescope orbital à huit milliards de dollars construit par la Nasa, décollera en 2018 pour chercher des planètes habitables.

Lors du lancement d'Hubble, en 1990, personne ne pouvait prévoir que le télescope orbital resterait en fonctionnement pendant un quart de siècle, élargirait d'autant notre connaissance de l'univers et finirait par devenir une machine légendaire de l'histoire de la découverte scientifique. Après 25 ans de bons et loyaux services, cependant, il est temps pour Hubble de passer la main. Aujourd'hui, la Nasa vient enfin de dévoiler le visage de son successeur, le bien nommé télescope spatial James Webb (JWST).

Publicité

Ce titan technologique, qui aura coûté plus de 8 milliards d'euros et aura été patiemment imaginé pendant deux décennies, décollera en octobre 2018 dans la fusée Ariane 5 – considérée comme la fusée la plus fiable au monde. Il voyagera ensuite en 30 jours jusqu'au deuxième point de Lagrange, à 1,6 millions de kilomètres de notre planète, d'où il déploiera son formidable dispositif d'observation et prendra ses premières photos. Alors, seulement, les équipes de la Nasa pourront aller dormir tranquille. Objectif prioritaire de la mission : détecter avec certitude de nouvelles planètes habitables, notamment dotées d'océans liquides. Et à ce jeu-là, James Webb a une excellente vue.

Doté d'un ensemble de miroirs de six mètres et demi de diamètre, le tout recouvert d'une couche d'or, le JWST peut capter sept fois plus de lumière que son prédécesseur. En étant refroidi à -220 degrés Celsius grâce à 5 couches d'isolation fines comme un cheveu, le télescope sera également capable d'analyser le spectre infrarouge dans la nuée de poussière spatiale, afin d'augmenter la précision de ses mesures.

Publicité

Or, dans l'espace, plus on voit loin, plus on peut remonter dans le temps : en étant capable de photographier des événements à 1,3 puissance 24 kilomètres de distance, le télescope James Webb pourra ainsi observer l'univers tel qu'il était il y a 13 milliards d'années, soit un demi milliard d'années à peine après sa création. En plus de traquer des mondes habitables, le JWST va donc faire passer une échographie à l'univers. À la clé, des connaissances inestimables sur l'origine de la matière et de l'espace-temps. Avec la présentation officielle de la machine, la Nasa concrétise enfin l'un des plus grands projets de recherche de l'histoire humaine. Reste maintenant à faire passer à cet extraordinaire jouet tous les tests de résistance imaginables. Vivement 2018.

Par Thibault Prévost, publié le 11/11/2016

Copié

Pour vous :