AccueilÉDITO

Murs en algues et maisons-arbres : les logements écolos du futur

Murs en algues et maisons-arbres : les logements écolos du futur

Publié le

par Mairie de Paris

Les logements écologiques constituent l’un des grands défis de la construction d’un futur vivable et durable. Toujours plus créatifs, ceux-ci préservent, économisent voire créent de l’énergie. Petit panorama des solutions qui façonnent notre avenir.

Se dire écolo parce qu’on éteint le robinet quand on se brosse les dents, c’est plutôt facile. Par contre, pousser la logique jusqu’à faire de son logement une arme de lutte contre le dérèglement climatique et le gaspillage d’énergie, ça relève carrément d’un autre level. Heureusement pour vous, il y a pas mal de gars très malins qui réfléchissent à votre place aux moyens de faire ça. Et voici ce à quoi ils sont arrivés.

#1. Le retour aux arbres comme avenir

N’en déplaise aux créationnistes, il est probable que nos ancêtres aient vécu dans les arbres. Au moins un peu. Mais même si nous n’avons plus besoin d’échapper aux tigres à dents de sabre, les géants des forêts ont encore beaucoup à nous apporter sur le plan du logement, au point que notre avenir pourrait se trouver dans leur frondaison.

C’est en tout cas ce que révèle l’étonnant projet de l’ingénieur hongkongais Anthony Leung, intitulé Tree-house. L’idée : bâtir une maison autour d’un grand arbre et s’inspirer du fonctionnement de ce dernier pour proposer un mode de construction prenant exemple sur la nature. Ainsi, des plantes en grand nombre régulent naturellement la température de la maison tandis que la voûte des branches la protège des intempéries et que les déchets organiques servent à alimenter le sol où se nourrissent les racines. Et ce ne sont que quelques exemples de la symbiose qu’un logement "vivant" peut offrir. De là à dire que Tic et Tac étaient des visionnaires, il n’y a qu’un pas.

#2. Tolkien, architecte écolo insoupçonné

Pour ceux qui se sentent plus l’âme d’un bon petit hobbit que celui d’un elfe vivant dans les arbres, il y a les Green Magic Homes. Développées par une société américaine, elles s’inspirent des maisons des habitants de la Comté et embarquent la pointe de la technologie écologique. Turbine, panneaux solaires, toit végétal et système de récupération et de filtrage de l’eau de pluie, tout y est.

Mieux encore, ces maisons peuvent être montées en trois jours montre en main par n’importe qui. À condition de savoir tenir un marteau et un tournevis. Et peu importe votre région, les trois modèles différents peuvent s’adapter à toutes les topographies. Eh oui, dans la Comté, tout le monde a droit à une maison. Et pour environ 15 000 euros le kit de construction, pas la peine de dépouiller Smog pour vous en offrir une.

#3. Quand les algues font leur révolution

OK, là on est dans le turfu. Et pour cause, la Smart BIQ House à Hambourg, en Allemagne, est un bâtiment dont les murs sont recouverts de 129 panneaux contenant des chlorelles, des petites algues vertes originaires du coin. Mais cette étrangeté n’est pas un délire décoratif d’un goût douteux. Non, c’est un système révolutionnaire qui permet de créer de la biomasse grâce à la photosynthèse des algues. Le tout dans une eau brassée en permanence pour éviter le gaspillage. Ça a l’air chelou mais ça marche plutôt pas mal. Si bien que l’on parle maintenant de biofaçades et que l’on est en train d’en installer partout dans le monde pour alimenter des logements. Et question thune, c’est encore mieux puisque le bâtiment permet d’économiser plus de 1 000 euros par an en dépenses énergétiques. Vous ne regarderez plus jamais le varech de la même façon…

#4. Réinventer l’ancien monde, inventer le nouveau

Concevoir des bâtiments plus fous les uns que les autres, c’est très bien. Mais on ne remplacera pas les centaines de millions de logements qui recouvrent la planète du jour au lendemain. Du coup, certaines villes ont décidé de mener une politique de réhabilitation énergétique du parc immobilier existant afin de faire baisser la consommation d’énergie de ses habitants, de limiter leurs dépenses et de construire des cités durables et soutenables.

Et parmi ces villes, Paris est particulièrement engagée, avec une politique très diversifiée. Non seulement, elle encourage l’innovation écologique dans la construction des nouveaux bâtiments mais elle a aussi lancé de grands travaux de réhabilitation de son parc social. Depuis 2014, 13 500 logements sociaux ont ainsi eu droit à ce traitement. Enfin, elle facilite aussi la mise à jour énergétique du parc privé comme en témoignent les 400 copropriétés, soit 25 000 logements qui ont bénéficié d’une aide à la réhabilitation. Mieux encore, d’ici 2020, près de 50 millions d’euros par an seront investis pour poursuivre cet effort. Ce n’est pas le budget du PSG, mais sur le long terme, ça gagne. Genre vraiment.

#5. Vivre ensemble pour vivre durable

Si malgré l’insistance de vos parents, vous n’avez jamais eu envie de quitter votre coloc, l’habitat partagé est fait pour vous. Et pour cause, il s’agit de partager vos espaces communs avec d’autres gens, des familles, des couples ou des célibataires, tout en bénéficiant d’un espace privé pour votre intimité. Pensé comme un nouvel art de vivre basé sur l’entraide et la vie en communauté, l’habitat partagé implique naturellement des économies d’énergie liées à la dynamique de groupe. Mais ne croyez pas qu’il s’agit juste d’un délire de néohippies quadragénaires. En effet, on compte pas moins de 500 projets de ce genre en France dont les désormais célèbres "La Ruche" à Bègles et "Le Village vertical" à Lyon. Certes, on est loin des colocs qui teufaient et se gavaient de kebabs du lundi au lundi mais il faudra bien grandir, alors pourquoi pas comme ça.