Par Mélissa Perraudeau

Le youtubeur Tristan Lopin s’attaque à l’élection de Miss France dans une vidéo fine et drôle, où il dénonce la mise à l’honneur de la femme-objet.

Ce samedi 16 décembre, c’est l’annuelle soirée d’élection de Miss France. Et le youtubeur Tristan Lopin, qui traite souvent de sujets de société et en particulier du sexisme et de ses manifestations dans la vie de tous les jours, a sorti une nouvelle vidéo drôle et fine sur le sujet ce mardi.

Il commence d’emblée par demander "ça sert à quoi en fait ?", avant de fustiger Sylvie Tellier, directrice générale de la société Miss France, qui a expliqué au Parisien que l’édition 2017 serait l’occasion de "dénoncer les violences faites aux femmes qui sont encore trop importantes en France aujourd’hui".

Le super concept de femme-objet

"Alors c’est cool, mais c’est quoi le projet en fait ?", lance Tristan Lopin, qui souligne que le thème choisi pour la soirée est la fête, et se prête donc difficilement à une véritable sensibilisation aux problèmes de société.

D’autant plus que l’émission est à la fois un symptôme et un moteur du sexisme systémique : le youtubeur compare Miss France à Mister France pour mettre en évidence le double traitement à l’œuvre. Les candidates doivent notamment ne pas être âgées de plus de 24 ans, tandis que les hommes peuvent se présenter à Mister France jusqu’à 35 ans.

Avec ses caricatures bien placées, Tristan Lopin rappelle combien l’élection repose sur le concept sexiste de la femme-objet. "À Miss France, on choisit les femmes comme on fait ses courses au supermarché ! C’est sexiste et dégradant", soulignait l’année dernière Éléonore Stévenin, porte-parole de l’association Osez le féminisme !

Une autre porte-parole de l’association, Claire Serre-Combe, avait également dénoncé la souffrance causée par une telle valorisation des stéréotypes sexistes autour de la beauté des femmes :

"Le plus problématique est que le concours Miss France, ultramédiatisé, impose des stéréotypes physiques irréels, sans compter le culte de la pureté avec des concurrentes sans petits amis. Cette mise en concurrence à une heure de grande écoute entraîne beaucoup de souffrance pour d’autres femmes qui ne font pas 1,75 m pour 50 kg."