AccueilÉDITO

Miquela, l’influenceuse Instagram qui n’était qu’un code informatique

Publié le

par Justina Bakutyte

Les avatars s’emparent petit à petit de notre monde.

A post shared by *~ MIQUELA ~* (@lilmiquela) on

On vous présente Miquela Sousa. Cette jeune femme de 19 ans est musicienne et son single "Not Mine" a été classé huitième sur la liste des titres viraux sur Spotify en août 2017.

Sur Instagram, Miquela pose dans des habits de ses marques préférées : Supreme, Chanel, Prada et Vetements, entre autres. Elle est une militante revendiquée du mouvement Black Lives Matter et défend les droits des personnes transgenres. Sur ses photos, on la voit également poser avec des artistes connus, comme Noah Gersch, l’ancien guitariste de Portugal. The Man.

Le seul souci, c’est que Miquela n’existe pas.

A post shared by *~ MIQUELA ~* (@lilmiquela) on

Miquela est un avatar virtuel généré par un programme informatique. Elle n’a pas de forme humaine. Elle a beau n’être qu’une création numérique extrêmement perfectionnée, ses photos donnent vraiment l’impression d’avoir sous les yeux une influenceuse Instagram tout ce qu’il y a de plus réaliste.

On ne sait pas exactement qui est derrière la création et l’animation de Miquela, mais son succès est une évidence : sa page Instagram compte plus de 530 000 followers. Des marques et des magazines l’ont déjà approchée pour des partenariats. Miquela a d’ailleurs récemment donné une interview à Business of Fashion, dans laquelle elle déclare :

"J’aimerais qu’on me décrive comme une artiste ou une chanteuse. Qu’on se concentre plutôt sur mes talents que sur les détails superficiels de mon existence."

Miquela n’est pas le premier avatar à devenir célèbre. La plupart d’entre nous connaissent les personnages virtuels du groupe Gorillaz, créés par Jamie Hewlett et Damon Albarn. Le monde de la mode s’est lui aussi déjà essayé à de tels concepts.

Toutefois, il est intéressant d’observer la réussite de ces humanoïdes réalistes, qui prennent d’assaut nos réseaux sociaux et continuent à brouiller les frontières entre monde physique et monde numérique.

A post shared by *~ MIQUELA ~* (@lilmiquela) on

A post shared by *~ MIQUELA ~* (@lilmiquela) on

A post shared by *~ MIQUELA ~* (@lilmiquela) on

A post shared by *~ MIQUELA ~* (@lilmiquela) on

À voir aussi sur konbini :