AccueilÉDITO

Des milliers de femmes palestiniennes et israéliennes marchent ensemble pour la paix

Publié le

par Théo Mercadier

Les mères et grand-mères arabes et juives de Palestine manifestent ensemble pour la paix, par-delà les différences communautaires qui ont fait tant de morts.

Capture d'écran Twitter.

Lutter pour la paix ne signifie pas forcément prendre les armes, bien au contraire. Dans un monde en guerre qui inonde nos médias d'un flot continuel d'atrocités barbares, trop faibles sont les voix qui relaient la beauté de la nature humaine. En Palestine, les femmes de Women Wage Peace sont musulmanes, juives, chrétiennes et athées. Des mondes entiers semblent les séparer, et pourtant une chose les unit : la paix. Toutes habillées de blanc, gommant les différences dans un seul élan fraternel, elles défilent pacifiquement, déterminées. Pour leurs enfants, leur famille, leurs voisins, pour nous.

Ce 21 décembre, elles organisaient une nouvelle marche réunissant plusieurs milliers d'entre elles pour exhorter les gouvernements de Palestine, d'Israël et de Cisjordanie à mettre un terme au conflit fratricide qui fait saigner l'ensemble de la région depuis des décennies. Depuis 2000, le conflit palestinien a tué près de 10 000 personnes.

Le 19 octobre, elles s'étaient ainsi réunies devant la résidence du Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou pour le supplier de relancer les discussions diplomatiques en faveur de la paix. Un Premier ministre qui reste sourd à cette prière qui monte des mères de son peuple.

"Chanter la parole de paix"

Le mouvement Woman Wage Peace est né en 2014, après une offensive particulièrement meurtrière du gouvernement israélien contre la bande de Gaza. L'une des manifestantes raconte la dynamique qui a poussé ces femmes à s'unir :

"Les femmes sont venues des quatre coins du pays, religieuses et athées, de gauche, de droite et du centre. Les mères ont commencé à se demander : 'Pourquoi envoyons-nous nos enfants à la guerre, quel futur avons-nous à leurs offrir ?'"

Une journaliste palestinienne décrit, de l'intérieur, le souffle incroyable de ces manifestations, alors que personne n'imaginait qu'elles soient seulement possibles deux ans auparavant :

"Lorsque j'ai vu les groupes de femmes juives réunies pour venir serrer les mains des femmes arabes, j'ai senti la foule exploser de joie, transportée à l'idée de ce lien nouveau entre tous les Palestiniens. Deux jours plus tard, alors que la marche commençait, un flot sans fin de Palestiniennes grossissait à mesure que les bus déversaient des femmes venues de tout le pays : Naplouse, Hébron, Jérusalem-Est, Jéricho, Jénine, Bethléem. Elles étaient toutes là pour participer, et Dieu, qu'est-ce qu'elles ont participé : toutes chantaient la parole de paix."

Dans ce monde brutal, une parenthèse d'amour.

À voir aussi sur konbini :