AccueilÉDITO

"Meninist", le terme anti-féministe à la mode sur les réseaux sociaux

Publié le

par Anaïs Chatellier

Depuis près d'un an, le terme "Meninism" connaît un grand succès sur les réseaux sociaux et se positionne en contre-pied du féminisme.

Féminisme. Ce terme qui, à sa seule évocation, provoque de l'urticaire chez les machistes. Presque devenu un gros mot, il signerait l'avènement du matriarcat. Il effraie aussi bien les hommes que les femmes. On aura de toute façon tout entendu au sujet de ce terme qui prône à la base l'égalité entre les sexes.

Un sondage lancé par le Time magazine proposait même de le bannir en 2015.  Mais rassurez-vous, un autre terme est là pour le remplacer, il s'agit de "Menisnist" et selon un article du Telegraph, il se pourrait bien qu'il marque définitivement cette nouvelle année qui commence à peine. 

Pour ceux qui ne sont pas coutumier de ce néologisme qui envahit la Toile depuis presque un an, il s'agit au départ d'exprimer "les difficultés d'être un homme au XXIe siècleselon la BBC. Lancé telle une blague par plusieurs internautes, il n'en fallait pas plus pour que la machine des réseaux sociaux s'emballe sous toutes ses déclinaisons possibles.

Compte Twitter @MeninistTweet avec plus de 600 000 followers, une version Facebook, un Tumblr et même un Snapchat associés, le mouvement a rapidement trouvé son public et n'hésite pas à abuser des réseaux sociaux.

Les vrais hommes ont des courbes

Des propos anti-féministes et machistes

Pourquoi pas après tout, le terme féminisme en lui même a un côté excluant, même si on ne cesse de répéter que les hommes sont tout aussi légitimes pour faire partie de ce mouvement. Ce sont alors les petites choses du quotidien que semblent revendiquer ces hommes : qu'ils en ont marre de devoir toujours payer l'addition, qu'ils souffrent également des stéréotypes du beau gosse musclé véhiculés par les médias, etc.

Si les quelques tweets utilisent le second degré pour rappeler que les hommes peuvent parfois être discriminés, on s'aperçoit rapidement que la plupart sont clairement anti-féministes pour ne pas dire machistes. Les termes "bitches" et "hoes" sont omniprésents et ça parle de viol de manière peu fine.

"J'ai un rêve, celui que toutes ces putes soient fidèles"

Deux raisons pour lesquelles les femmes sont célibataires :

- Tu ne suces pas

- Tu suces trop

Optimiste : ce verre est à moitié rempli. Pessimiste : ce verre est à moitié vide. Féministe : ce verre c'est se faire violer.

La création des T-shirts "Meninist" moquée sur le web

Depuis quelques temps, il est même possible d'acheter son T-shirt "meninist" histoire de montrer son soutien à cette nouvelle communauté. Certains adeptes de ce mouvement n'hésitant pas à arborer leur nouvel achat à 22 dollars sur les réseaux sociaux. Difficile de ne pas y voir une opération marketing derrière. Mais comme il était prévisible, le "Meninism" a rapidement suscité les critiques, se retrouvant alors moqué et parodié sur Internet.

#Enfoiré. J'ai designé mon propre T-shirt #Meninism.

Ce T-shirt me protègera de ton vagin.

Meninism, hominisme, masculinisme ?

Si ces derniers temps, c'est le terme anglais qui semble être le plus en vogue sur les réseaux sociaux, ce n'est certainement pas la première fois que ce genre de mouvement émerge. Comme le signale le site Terrafemina, le terme semble avoir subi un glissement sémantique.

En tout cas, en 2001, il était utilisé non pas pour se moquer des féministes mais au contraire pour les soutenir, c'est du moins ce qu'affirme un site à l'époque où l'on apprend que les hommes adeptes du mouvement "s'opposent à toutes les formes de comportements misogynes", "soutiennent les principes féministes de l'égalité politique, sociale et économique des femmes (...) au bénéfice des hommes, des femmes et de toute l'humanité".

En France, un mouvement similaire a existé également : l'hominisme. Selon un manifeste publié en 2006, les hommes souhaitent alors dénoncer les "idéologies mysandres", prôner une "représentation équilibrée des sexes dans tous les domaines de la vie sociale" et "jugent essentielle une implication égale des pères et des mères dans l’éducation de leurs enfants", etc. le tout dans le but de poursuivre une "démarche de paix entre les sexes".

À ne pas confondre avec le masculinisme, clairement anti-féministe, considéré par beaucoup de personnes comme un mouvement de "nouveaux machos", soucieux de garder leurs privilèges d'homme. Malheureusement, le mouvement du "Meninism" tel qu'il apparaît sur les réseaux sociaux semble bien davantage se tourner vers le masculinisme plutôt que vers l'hominisme.

À voir aussi sur konbini :