AccueilÉDITO

L'Oklahoma pourrait bientôt interdire l'avortement

Publié le

par Juliette Geenens

Situé dans le Centre-Sud de l'Amérique, l'État de l'Oklahoma pourrait bien rendre l'avortement illégal. Les médecins qui le pratiqueraient se verraient interdits d'exercer leur profession. 

<em>Obvious Child</em>, sorti en 2014, est l'un des rares films qui traite de l'avortement, de manière décomplexée et non culpabilisante. ©

Les temps ne sont pas bons pour les droits de la femme en Oklahoma. Nous sommes en 2016, mais l'État américain compte faire passer un texte qui interdirait la pratique de l'avortement, en le rendant tout simplement illégal. Jeudi 19 mars, le parlement local a voté un projet de loi, à 33 voix contre 12, qui incriminerait la pratique de l'IVG au sein de l'État et la rendrait passible de trois ans de prison pour les médecins, rapporte l'AFP :

"Tout médecin qui réaliserait une interruption de grossesse se verrait interdire d'exercer sa profession dans l'État."

Cette législation, qui porterait sévèrement atteinte à la liberté et aux droits des femmes, n'est pas encore en vigueur. Elle doit d'abord être ratifiée par la gouverneure, Mary Fallin. Mauvaise nouvelle, cette femme politique, membre du parti Républicain, est réputée pour son engagement contre l'avortement, et approuvera probablement le texte, bien que son porte-parole insiste sur le fait qu'elle ne fera aucune déclaration avant d'avoir étudié la loi, selon le Washington Post.

Pourtant, dans l'Oklahoma, l'IVG est autorisé depuis 1973, grâce à l'arrêt "Roe vs Wade", rendu par la Cour suprême des États-Unis. Si cette loi est actée, elle ira donc à l'encontre d'un droit constitutionnel (c'est-à-dire qui ne peut être aboli par des lois locales, propres à un État.) Hillary Clinton, candidate démocrate à la présidentielle de 2017, a fortement condamné ce qu'il se passe en Oklahoma, sur Twitter :

"Nous ne pouvons pas rester les bras croisés, pendant que les politiques extrémistes s'en prennent aux droits fondamentaux des femmes. Ce n'est pas seulement anticonstitutionnel. C'est mal."

Retour vers le passé

Cet incroyable bond dans le passé a de quoi inquiéter tout le monde. Durant la campagne des primaires, la majorité des candidats républicains, Donald Trump compris, s'est revendiquée pro-life et anti-avortement.

Ce nouveau projet de loi s'inscrit dans une vague conservatrice qui déferle sur plusieurs États d'Amérique. En mars dernier, l'Utah et la Louisiane ont également tenté de faire adopter des textes allant à l'encontre de la pratique de l'IVG, mais ces projets ont été jugés anticonstitutionnels par les tribunaux de la Cour Suprême.

À voir aussi sur konbini :