Etude : un mathématicien a enfin trouvé l'équation du hipster

Pourquoi certaines personnes décident-elles de se laisser pousser la barbe et de porter une chemise à carreaux ? Un mathématicien français l'explique... par "a+b".

feature

Publicité

On connaît tous un hipster. Le hipster, c'est votre sœur, votre mec, votre cousin qui a décidé du jour au lendemain de porter de grandes lunettes à monture bois juste pour le style et de ne plus sortir de chez lui sans sa chemise de flanelle, son bonnet Obey et une bonne dose de cynisme.

C'est cet ami qui se veut à contre-courant et fait tout pour sortir de la norme... pour finalement rejoindre le grand troupeau des "branchés". Pourquoi diable les hipsters, désireux de ne ressembler à personne, finissent-ils précisément par tous se ressembler ?

Jonathan Touboul, spécialiste en mathématiques et en neurosciences au Collège de France, a la réponse. Dans un article scientifique intitulé "L'effet hipster : pourquoi les anticonformistes se ressemblent tous", le chercheur illustre ce paradoxe.

Publicité

Les individus "mainstream"... et les autres

Selon le mathématicien, le comportement hipster est déterminé par deux facteurs : la tendance et le délai de communication. Contacté par Konbini, il s'explique :

Chaque individu évalue une certaine tendance. Il y a les individus plutôt mainstream, qui détectent la tendance et agissent de façon à s'aligner avec celle-ci. Et il y a ceux qui se détachent de la tendance, une fois celle-ci détectée.

Publicité

Chet Faker, cliché du hipster ?

Exemple concret, il est dans la tendance de ne pas porter de bonnet à l'intérieur d'une maison. La plupart des individus vont donc se conformer à cette tendance. Le hipster va s'en détacher et garder son bonnet en boîte de nuit. Là où les choses se compliquent, explique Jonathan Touboul, c'est qu'il faut du temps aux individus pour détecter la tendance :

Dès qu'on introduit ces délais, on se rend compte qu'ils se détachent tous de la tendance en même temps.

Publicité

"Si tout le monde veut être différent, on fait tous la même chose"

Et plus les délais sont longs, plus le phénomène s'amplifie, souligne le chercheur. Vous vous trouvez seul dans une pièce avec un individu sans bonnet : vous vous distinguez immédiatement en enfilant votre couvre-chef. Vous vous trouvez dans une ville, un pays, une société aux codes complexes et foisonnants : vous prenez un peu plus de temps à comprendre que le cool aujourd'hui c'est de boutonner sa chemise jusqu'au menton.

Problème : vous n'êtes pas le seul à souffrir de ce temps de latence. Résultat, vous réagissez en même temps que des milliers d'autres personnes, expose Jonathan Touboul :

Les hipsters agissent sans voir que les autres le font également.

Et lorsque vous vous rendez compte qu'avoir un téléphone à clapet est redevenu hype, c'est trop tard : la société aussi. Tout le monde change tout le temps son fusil d'épaule en même temps. En résulte un mouvement "d'oscillation" de masse que le chercheur illustre par moult graphiques. Jonathan Touboul résume ainsi le drame du hipster :

Si tout le monde veut être différent, on fait tous la même chose.

Métaphore hipster

On voit d'ici les réactions possibles à ce très sérieux article : la culture ne se résume pas à des choix vestimentaires et la sociologie n'est pas qu'une affaire de chiffres. Mais comme le souligne le mathématicien, il ne s'agit pas tant ici d'analyser les hipsters que d'étudier "des agents qui peuvent être dans deux états : différent ou similaire" :

C'est plus un papier de maths que de sociologie. Je voulais répondre à la question : est-il possible d'être différent dans de grands systèmes d'agents qui interagissent ? C'est un problème que les mathématiques et les neurosciences étudient souvent, notamment dans la finance. Pour un trader, il vaut mieux acheter quand tout le monde veut vendre et vice-versa.

Pour Jonathan Touboul, les hipsters constituaient donc la métaphore idéale. Donc pour ne plus être un mouton en 2014, abandonnez le look hipster et optez pour le normcore. Non attendez, le temps que vous fassiez ça, ce sera à nouveau mainstream. Donc restez hipster. Non attendez, peut-être pas. Bon, démerdez-vous.

Par François Oulac, publié le 05/11/2014

Copié

Pour vous :