© NASA

Toujours sur Mars, Curiosity va devoir changer de cerveau

L'ordinateur "Side-A" va prendre le relais du "Side-B".

© NASA

Le rover martien aux 17 caméras et 10 instruments de mesure scientifique envoyé dans l'espace en 2011 et arrivé à bon port en 2012 ne va pas bien, nous annonce sobrement la NASA : son "Side-B", l'un de ses deux cerveaux, est défaillant. Sa mémoire à long terme, contenant les résultats de ses découvertes et son journal de bord, fait des siennes. Plutôt embêtant, lorsque l'on sait que sa mission principale repose là-dessus.

Publicité

Heureusement, Curiosity dispose d'un second ordinateur, le "Side-A", chargé de prendre le relais en cas de tracas. Le "Side-A" avait commandé les actions du rover jusqu'il y a cinq ans, avant de bugger, lui aussi, rendant Curiosity incontrôlable et occasionnant des problèmes de batterie. L'armée d'ingénieurs du Jet Propulsion Laboratory (JPL) avait donc "swappé" sur le "Side-B" permettant, fort heureusement, de réparer l'autre moitié. 

Le pronostic vital de l'ordinateur endommagé est-il engagé ? Apparemment non, selon Steven Lee, responsable du programme Curiosity :

"Pour le moment, nous ne doutons pas que nous allons réussir à reprendre l'ensemble de nos opérations, mais il est encore trop tôt pour dire quand. Nous repassons sur le 'Side A' à partir d'aujourd'hui, mais cela pourra nous prendre du temps pour comprendre dans les détails la cause première de cette défaillance et trouver des solutions pour réparer le 'Side B'." 

Publicité

Si la mission "Il faut sauver le Side-B" réussit, le JPL abandonnera le "Side-A" pour retourner sur le "B", le premier disposant de plus de mémoire que le second. La dernière phrase vous a donné des nœuds à au cerveau ? Imitez la plasticité de Curiosity et switchez sur votre cerveau gauche, supposément responsable de nos facultés logiques.

Par Pierre Schneidermann, publié le 05/10/2018

Pour vous :