Une mannequin demande l'instauration d'une loi anti-maigreur

Des années durant, on lui a demandé de perdre du poids. Le mannequin australien Rosie Nelson est en campagne pour protéger les mannequins en sous-poids.

La Fashion Week de Londres bat son plein, et alors que s’accumulent sans difficulté les dernières trouvailles en termes de style, une révolution silencieuse est en marche. Alors que la Fashion Week de New York a présenté un ensemble de mannequins plus variés que d’habitude, l’une d’elles s’apprête à mettre fin aux exigences physiques qui leur sont imposées.

L’Australienne Rosie Nelson s’est faite entendre à propos du poids des mannequins, demandant dans une pétition qu’une loi soit créée pour interdire les mannequins de devenir dangereusement maigres.

Publicité

Model Rosie Nelson is calling for unhealthily thin models to be protected by a law. (Photo: Dan DeWitte)

Le mannequin Rosie Nelson demande que la maigreur excessive soit empêchée par une loi. (Photographie : Dan DeWitte)

Un problème extrêmement répandu

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles on demande aux mannequins d’être maigres : certains couturiers considèrent que les vêtements seront mieux portés et les agences de mannequinat indiquent qu’elles seront refusées, à moins qu’elle ne perdent plus de poids. C’est contre de tels propos que Nelson mène campagne.

Elle souligne son expérience dans l’industrie du mannequinat où, après qu’elle ait perdu presque six kilos, les agences britanniques lui ont annoncé qu’elle devait avoir "la peau sur les os." Nelson, qui fait du 8 au 10 en taille britannique (l’équivalent français serait 36-38), a expliqué à Konbini qu’elle a commencé la pétition après avoir réalisé que la question connaissait un soutien grandissant :

Publicité

C’est un problème auquel j’ai été confrontée personnellement durant les deux dernières années. Beaucoup d’agences ont commenter mes mensurations ; c’est leur manière à eux de me dire que je dois perdre du poids.

Je ne dirais pas que les troubles de l’alimentation sont encouragés [par les mannequins maigres] mais je pense que l’industrie de la mode rend la maigreur synonyme de beauté.

Un grand nombre de jeunes filles aspirent à être mannequin et la réalité c’est que, si on ne remplit pas certaines conditions physiques, alors on n’a aucune chance de le devenir. C’est une réalité brutale pour de nombreuses jeunes filles, même celles qui ont déjà un pied dans le milieu du mannequinat. Les troubles de l’alimentation sont souvent le réultat malheureux de cette pression. 

Les mannequins ont besoin d’être protégés, mais bannir les mannequins maigres serait-il pour le mieux ? En début d’année, Israël et l’Espagne, suivis de la France, ont déterminé que l’emploi, lors de défilés, de mannequins trop maigres ou mal nourris était désormais un crime.

This Yves Saint Laurent advert featuring an "unhealthily thin" model was banned earlier this year. (Photo: Yves Saint Laurent)

La publicité pour Yves Saint Laurent, sur laquelle figure un mannequin "trop maigre" a été interdite cette année (Photographie : Yves Saint Laurent)

Publicité

Des solutions pas si évidentes

La loi interdit maintenant aux directeurs de casting et aux couturiers de forcer leurs mannequins à perdre du poids : les modèles parisiens s’en portent mieux et ne subissent plus de régime drastique. Mais cela a-t-il réglé le problème ?

Selon un mannequin anonyme de la Fashion Week espagnole, les agences et les modèles ont découvert une faille, rembourrant leurs sous-vêtements avec du poids, et dissimulant la supercherie sous leurs cheveux. Et ça n’est probablement pas la seule manière de contourner les restrictions.

Nelson a récemment confié à Sky News qu’introduire en Grande-Bretagne des régulations sur l’IMC (Indice de Masse Corporelle) mettrait 90% des mannequins hors des agences, puisque la plupart ont un IMC en dessous de 18,5 – un sous-poids, selon l’échelle IMC.

Publicité

Cependant, l’IMC n’est pas une représentation précise du corps, et créer une loi comme le suggère Nelson peut s’avérer complexe, si l’on considère qu’un corps peut être en bonne santé, malgré les mesures IMC. Quelle taille est "trop petite" ? Comment mesurer une maigreur "dangereuse" ? Comment vérifier et réguler la protection des mannequins ?

The cover of Danish magazine Cover was criticised for featuring this "emaciated" model. (Photo: Cover)

Le magazine Danois Cover a été critiqué pour son mannequin "émacié." (Photographie: Cover)

Le magazine Cosmopolitan a recueilli en début d’année l’avis de la mannequin Lyndsey Scott, qui redoute qu’avoir un choix de poids trop restreint desserve les mannequins eux-mêmes :

Se retrouver avec une bande de jolies adolescentes grandes, maigres et potentiellement en bonne santé, qui se goinfrent de cupcakes pendant deux semaines et s’injectent de la graisse pour atteindre le podium peut être une super idée d’émission de télé-réalité, mais franchement, est-ce que forcer des mannequins à grossir alors que ça n’est pas naturel pour elles est le meilleur moyen de résoudre ce problème ? À mon avis il y a d’autres solutions.

Mais Nelson suggère que des examens physiques réguliers seraient un moyen efficace de protéger les mannequins de ces conventions ridicules. « Si une loi était proposée qui demanderait à ce que chaque mannequin passe un examen médical par trimestre ou par semestre, je pense qu’en un an l’industrie du mannequinat changerait énormément. »

J’aimerais également que les agences aient une relation plus personnelle avec leurs mannequins, dans laquelle les deux parties discutent de la santé et du bien-être du mannequin, qui seraient de valeur égale à leur emploi du temps.

Quelle solution est la bonne ?  Une loi amènerait-elle vraiment un changement positif et concret, ou bien devons-nous simplement demander que les campagnes de mode soient plus variées ? Alors que le mois de la mode continue, vous pouvez signer cette pétition qui compte déjà plus de 54 000 signatures.

Victoria Beckham came under fire at NYFW this year after using "very skinny" models despite saying she wouldn't anymore. (Photo: WWD/REX Shutterstock)

Victoria Beckham sous le feu des projecteurs à la Fashion Week de New York, pour avoir employé des mannequins en "sous-poids," après avoir déclaré qu'elle ne le ferait plus (Photographie : WWD/REX Shutterstock)

Par Lydia Morrish, publié le 23/09/2015

Copié

Pour vous :