Une mannequin dénonce l'enfer du maquillage sur les peaux noires

D'après Leomie Anderson, les inégalités entre mannequins noirs et blancs persistent... surtout dans le domaine du maquillage.

Le 17 février, la mannequin britannique Leomie Anderson dénonçait sur Twitter une inégalité criante dont elle se dit victime, elle, ainsi que tous les modèles de couleur. La jeune femme de 22 ans profitait de la Fashion Week de New York pour s'offusquer dans une série de tweets de la discrimination dont elles sont victimes sur les podiums :

"Nous avons besoin de plus d’artistes maquilleurs et coiffeurs qui sachent s’occuper de tout type de peau et cheveux."

Publicité

"Pourquoi y a-t-il plus de maquilleurs blancs lorsque les noirs eux savent maquiller toutes les peaux ?"

Publicité

L'indignation de Leomie Anderson, repérée par La Parisienne, semblait s'adresser tout particulièrement à une maquilleuse, visiblement fort peu préparée à s'occuper des peaux sombres. D'après la top britannique, elle aurait "[essayé] de mélanger en catimini son unique fond de teint de couleur brun avec du blanc, parce qu'elle n'est pas équipée."

Elle n'est pas la seule

Mais ce qui pourrait passer pour une brève de coulisses des catwalks serait en fait un phénomène largement répandu. Tout d'abord, Leomie Anderson explique dans une réponse sur Twitter devoir apporter son propre maquillage et l'utiliser pour "environ la moitié des défilés". Aussi, d'autres modèles noirs, tel Kierra Monique ou Asia Jackson, ont apporté leur soutien à Anderson, jugeant qu'elles ont été victimes du même manque de préparation des maquilleurs.

"Pourquoi une modèle blanc peut-elle tranquillement s'asseoir, confiante qu'elle [sera bien maquillée] alors que les modèles noirs doivent s'en inquiéter ?"

Publicité

D'après Vogue, l'an dernier la mannequin Nykhor Paul se plaignait sur le même sujet, faisant mine de s'interroger :

"Pourquoi dois-je apporter mon propre maquillage à un show professionnel quand toutes les filles blanches n'ont rien d'autre à faire que de se pointer ?"

Publicité

Par Théo Chapuis, publié le 20/02/2016

Pour vous :