Chaque année, ce petit manchot parcourt 8000 kilomètres pour visiter son sauveur

C’est l’histoire trop mignonne de la semaine  : un petit manchot de Magellan parcourt chaque année près de 8000 kilomètres aller-retour, depuis sa terre de Patagonie jusqu’au Brésil pour rendre visite au pécheur qui lui avait sauvé la vie il y a cinq ans. 

L'extrait du reportage ci-dessus diffusé par la chaîne de télévision brésilienne TV Globo et rapporté par le site du Daily Mail a de quoi émouvoir même les cœurs de pierre. En 2011, João Pereira de Souza avait sauvé ce petit manchot d’une mort certaine. Maçon retraité de 71 ans et pêcheur à ses heures, l’homme qui vit sur la magnifique île sauvage d’Ilha Grande au large de l’État de Rio au Brésil avait recueilli "Dindim", un petit manchot de Magellan, alors que celui-ci était à l'agonie sur un rocher, couvert de pétrole. Ni une ni deux, João était reparti avec son oiseau sous le bras qu’il avait bichonné, nettoyé et dorloté, jusqu’à ce qu’il soit de nouveau d’aplomb pour partir vers d’autres contrées.

Publicité

Sauf que Dindim s’est attaché à João et a décidé de squatter un petit moment auprès de son nouvel ami. Puis sa nature à repris le dessus et il a migré chez lui, dans les terres antarctiques de la Patagonie chilienne ou argentine, soit à 4 000 kilomètres au sud environ.

Un amour inconditionnel

Mais l’histoire ne s’arrête évidemment pas là, puisque si l'animal a retrouvé son chemin sans encombre pour rentrer chez lui (ce qui en soi n'a rien d'exceptionnel chez ces oiseaux migrateurs), il n’a en revanche pas oublié l’adresse de son sauveur. Aussi, chaque année depuis 2011, Dindim prend ses quartiers d’été chez João huit mois par an, entre juin et février, avant de retourner sur sa banquise. Il parcourt ainsi 8 000 kilomètres aller-retour pour lui rendre visite et lui faire un câlin.

Un amour inconditionnel qui nous met la larme à l’œil lorsque Dindim, qui habituellement mord les humains curieux, couvre João de bisous du bout du bec en frétillant des ailes et en agitant la queue. Une affection que le monsieur lui rend bien : "Je l’aime comme si c’était mon propre enfant et je pense que lui aussi m’aime" explique-t-il à l’écran. Selon les experts, Dindim a fait de João l’un des siens.

Publicité

Une amitié qui dure / photo Université Fédérale de Rio de Janeiro

Une amitié qui dure. (© Université fédérale de Rio de Janeiro)

Par Jeanne Pouget, publié le 09/03/2016

Pour vous :