Malgré l'élection de Trump, le Planning familial américain devrait être protégé

Constamment attaqué par des conservateurs qui aimeraient le voir disparaître, le Planning familial américain devrait néanmoins survivre à l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche.


L'une des principales inquiétudes engendrées par le résultat de l'élection présidentielle américaine est l'impact que la présidence Trump aura sur les droits des femmes. Viscéralement misogyne, il se vante des nombreuses agressions sexuelles qu'il a commises. Durant la campagne, Donald Trump a continuellement fait du pied aux opposants au droit à l'avortement. Il ne s'agit pas ici de simples remarques sexistes afin de booster la carrière d'un homme, mais bien d'affirmations qui oppriment les femmes.

Heureusement, l'administration Obama a ratifié, il y a deux mois, une réglementation qui protège le financement des centres du Planning familial américain. Cette association à but non lucratif propose un accès à des moyens de contraception, des cours d'éducation sexuelle, des dépistages et, dans certaines cliniques, à des avortements. La décision de l'administration Obama devrait empêcher les États conservateurs de supprimer les financements publics des centres du Planning familial proposant des IVG.

Publicité

Cette nouvelle règle protège notamment les organismes de planning familial relevant du programme Title X. Ces centres de santé sexuelle viennent actuellement en aide à 4 millions d'Américains à faibles revenus : 85 % des citoyens qui ont recours à leurs services gagnent moins de 23 500 dollars par an (environ 21 600 euros). Le financement d'un centre ne pourra être retiré que si "les services fournis aux bénéficiaires du programme ne sont pas exécutés de manière efficace".

Pour la présidente du Planning familial, Cecile Richards, cette décision est historique :

"Ceci est d'une extrême importance pour la vie de beaucoup de gens. Grâce à l'administration Obama, les femmes [à faibles revenus] auront toujours accès aux moyens de contraception afin de planifier leurs familles, et aux dépistages de cancer afin de préserver leur santé.

Cette décision indique clairement aux politiciens qu'ils ne peuvent pas ignorer la loi dans le but de poursuivre leur agenda politique et essayer d'empêcher les femmes d'obtenir l'aide dont elles ont besoin."

Publicité

Cette démarche de la part d'Obama est décisive, surtout avec l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche : par le passé, le nouveau président républicain a annoncé son intention de se débarrasser entièrement de l'Obamacare, et d'arrêter le financement du Planning familial, afin de plaire à ses soutiens conservateurs.

À lire -> Vous aimez Trump ? Vous allez adorer Mike Pence, le futur vice-président

Traduit de l'anglais par Fanny Stassar

Publicité

Par Lydia Morrish, publié le 10/11/2016

Pour vous :