Par Pierre Schneidermann

Ce casque de réalité augmentée doit bientôt arriver dans nos salons, mais beaucoup d’inconnues demeurent.

(© Magic Leap)

La très secrète entreprise américaine Magic Leap vient d’annoncer, via un live sur Twitch, que ses lunettes de réalité augmentée (qui permettront de voir et de manipuler des objets virtuels plaqués sur le réel), les Magic Leap One, sortiraient prochainement.

Peu d’informations supplémentaires ont filtré. Il a été annoncé qu’elles seront commercialisées par l’opérateur téléphonique AT&T. Côtés spécifications techniques, on sait qu’elles disposeront d’une carte graphique Nvidia Tegra X2 ainsi que d’un OS basé sur Linux (64 bits), et que la batterie durera plusieurs heures. C’est à peu près tout pour le moment.

Le combo lunettes + l’accessoire de ceinture + télécommande. (© Magic Leap)

Ce qu’on savait déjà

Magic Leap avait fourni des premiers détails sur ses lunettes en décembre dernier. On avait découvert un objet "steampunk", composé de lunettes (le Lightwear), d’un petit ordinateur en forme de galet à accrocher à la ceinture (le Lightpack) et d’une télécommande.

Magic Leap avait aussi annoncé qu’il serait possible d’utiliser la voix et les gestes, par exemple pour retenir la place de certains objets (pour retrouver un Pikachu en réalité augmenté oublié sur l’étagère de sa chambre, par exemple), et que le tout disposerait d’un dispositif haptique (qui donnera la sensation de tenir des objets dans les mains).

Au cœur de la technologie, le "champ lumineux" ("light field" en VO), une technique de captation des informations lumineuses encore très difficile à implémenter sur du matériel grand public, mais qui semble être la condition sine qua non pour une AR de grande qualité.

La folie Magic Leap

Généralement, les grandes révolutions technologiques de la Silicon Valley empruntent un chemin assez balisé : un entrepreneur développe un petit produit qui fonctionne (parfois par accident), obtenant par la suite un certain succès (souvent inattendu). Au fur et à mesure qu’il grossit et gagne en notoriété, le petit produit attire de plus en plus d’investisseurs, avant de s’imposer au monde. Ce nouvel empire pourra ensuite décliner plein de nouveaux petits produits qui connaîtront, pour certains, le même succès.

Dans le cas de Magic Leap, la grande révolution technologique a décidé d’emprunter le chemin inverse : l’entreprise, basée en Floride (et non dans la Silicon Valley) dans l’ancienne fabrique de Motorola, a réussi, en quelques années, à lever 2,3 milliards de dollars (environ 2 milliards d’euros) sans n’avoir encore jamais rien commercialisé et sans avoir ouvertement démontré l’efficacité de sa technologie. Google et le géant chinois Alibaba font partie des investisseurs.

Aujourd’hui, l’entreprise est évaluée à 6 milliards de dollars (4,9 milliards d’euros). Une jolie poule avant l’œuf.

Tout semblait bien parti pour Magic Leap : les investissements, donc, et de belles vidéos de démonstration aussi prometteuses que "disruptives" qui avaient fait le tour du Web. Manque de bol, en décembre 2016, on s’était rendu compte que le matériel était truffé de fils (on était bien loin des simples lunettes en usage) et que les images n’étaient pas du tout à la hauteur des vidéos.

Les Magic Leap One comptent s’attaquer au marché des particuliers, ce qui n’est pas le cas de leur concurrent, le HoloLens de Microsoft. Beaucoup plus gros, moins sexy, mais fonctionnel, ce casque a déjà su éveiller l’intérêt des professionnels. Il a notamment été embarqué dans l’espace par un astronaute de la Nasa et a permis la première opération chirurgicale en réalité augmentée, en France.

Note : article initialement publié le 21 décembre 2017, remanié et mis à jour le 12 juillet 2018