featuredImage

Madrid dénonce à son tour le "manspreading" dans les transports en commun

Madrid est la nouvelle ville à sanctionner le "manspreading" dans les transports en commun.

Après Tokyo et New York, c’est au tour de Madrid de renforcer ses règles dans les transports en commun. En effet, les autorités du transport de la capitale espagnole ont décidé de lancer une nouvelle campagne pour réprimander cette mauvaise habitude. Que ce soit dans le métro, le bus ou le tram, il n’est en effet pas rare de surprendre les hommes assis les jambes grandes écartées, même si les femmes sont confinées dans leur coin.

En réaction à cela, l’EMT (l’entreprise municipale des transports de Madrid) a décidé de diffuser dans tous les bus de la cité des pictogrammes similaires à ceux que l’on peut retrouver dans les villes qui exercent déjà cette politique. Le collectif féministe espagnol Microrrelatos Feministas avait lancé une pétition en ligne dénonçant le manspreading, et plus spécifiquement le fait que "tous les transports publics ont des stickers indiquant que cette place est réservée aux femmes enceintes, aux personnes âgées ou aux handicapées, mais il y a quelque chose qui nous affecte tous, quasiment tout le temps quand on prend les transports en commun : le manspreading". Une initiative qui s’est avérée être un franc succès puisque la pétition a récolté plus de 12 000 signatures.

Pour le moment, aucune sanction effective n’est prévue pour les hommes qui s’installeraient encore de la sorte dans les transports en commun madrilènes. Les autorités font avant tout un rappel à l’ordre et espèrent que ces panneaux suffiront pour réduire cette attitude pas très classe qu’est le manspreading.

Par Manon Baeza, publié le 09/06/2017

Copié