AccueilÉDITO

Le forage spatial, ruée vers l'or du troisième millénaire

Publié le

par Thibault Prévost

Dans le sillage des États-Unis, le Grand-Duché du Luxembourg vient d'annoncer la mise en place d'un programme de développement pour l'exploration minière spatiale.

Une mine spatiale, telle qu'imaginée par Deep Space Industries.

Et si demain, le Luxembourg devenait une des plus grandes puissances financières du monde grâce aux revenus tirés du forage spatial ? L'idée peut paraître futuriste mais c'est pourtant ce qu'à laissé entendre, le 3 février dernier, le vice-Premier ministre et ministre de l'Économie du Grand-Duché, Étienne Schneider, pourtant plus connu pour sa politique fiscale que spatiale.

Trois mois après la promulgation par les États-Unis du Space Act, qui autorise l'usage commercial des ressources spatiales et encadrant leur propriété,  le Luxembourg a dévoilé une série de dispositions pour se lancer à son tour dans cet eldorado en apesanteur.

"Notre but est d'ouvrir l'accès à une étendue de ressources minières encore inexplorées présente sur les astéroïdes (...). Nous encouragerons le développement économique à long terme de nouvelles activités dans l'industrie spatiale, qui seront un secteur clé de la haute technologie au Luxembourg", a indiqué Étienne Schneider.

Non content de plancher sur un cadre légal européen sur l'exploitation minière spatiale, le Luxembourg envisage d'attirer sur son territoire des start-up du forage du futur ou de prendre une participation dans les sociétés spécialisées qui viendraient sur son territoire. À l'annonce de la nouvelle, deux entreprises américaines, Deep Space Industries et Planetary Resources, ont d'ores et déjà annoncé leur intérêt pour le partenariat proposé.

La ruée vers l'or du troisième millénaire

D'après Jean-Jacques Dordain, ancien patron de l'Agence spatiale européenne (ESA) et conseiller technique du projet luxembourgeois, les différentes étapes de l'exploration minière sont toutes réalisables techniquement, et il ne manque que les fonds pour y parvenir.

Si le projet se veut dicté par des impératifs de préservation écologique et de progrès technologique, il pourrait également rendre ses acteurs immensément riches : selon la base de données Asterank, qui estime la valeur des astéroïdes connus et le profit net réalisable par corps céleste, le moindre caillou assurerait à son exploitant plusieurs dizaine de milliards, voire plusieurs "tétrillions" (mille milliards) de dollars et, à en croire Selon Space.com, l'exploitation minière coûterait, en comparaison, moins de 3 milliards de dollars à mettre en place.

En promulguant le Space Act, les Etats-Unis ont ouvert la course au Klondike du troisième millénaire. La concurrence n'aura pas attendu longtemps pour se faire connaître.

À voir aussi sur konbini :