AccueilÉDITO

Des lois anti-LGBT provoquent une vague de contestation aux États-Unis

Publié le

par Juliette Geenens

Artistes, politiques et acteurs économiques se soulèvent contre deux lois discriminatoires envers la communauté LGBT en Caroline du Nord et au Mississippi. 

(© Harvey Milk - SND)

Deux lois qui bafouent les droits des personnes LGBT ont soulevé une vive polémique qui secoue tous les secteurs de la société américaine : économique, culturel et politique. Les États du Mississippi et de la Caroline du Nord doivent faire face à une forte contestation dans la sphère médiatique et publique.

Les lois en question ont toutes deux été proposées courant mars. La première, celle de la Caroline du Nord, nommée "HB2", vient du gouverneur républicain Pat McCrory : elle contraint toute personne à utiliser les toilettes publiques en fonction de son identité sexuelle "de naissance". Cela signifie, par exemple, qu'une personne transgenre devra aller dans les WC correspondants à son sexe de naissance. En actant ce texte, l'État refuse de reconnaître les individus transsexuels, transidentitaires, queers et LGBT.

Des mesures de ségrégation

La seconde mesure législative a été prise dans le Mississippi. Baptisée HB 1523 et suggérée par le gouverneur républicain Phil Bryant, elle entend "protéger la liberté religieuse et les convictions morales des individus, organisations et associations privées". Concrètement, les homosexuels et personnes LGBT pourront se voir refuser l'accès à des services et autres prestations sociales par des entreprises et des organisations, qui n'auront qu'à invoquer leur conviction religieuse en justification de leurs actes. Les hôpitaux religieux, les associations de refuges pour sans-abris ou encore la possibilité de devenir une famille d'accueil ne seront plus accessibles aux LGBT. Le Mississippi est littéralement en train de légaliser la ségrégation des homosexuels et transgenres.

Face à ces deux lois anti-LGBT fortement discriminatoires, une mobilisation importante est en train de se mettre en place dans plusieurs domaines.

  • Dans le secteur de la musique, les voix s'élèvent

Deux chanteurs ont décidé de réagir de manière concrète : Bruce Springsteen et Bryan Adams ont annulé leurs concerts respectifs en Caroline du Nord et dans le Mississippi. "The Boss" a annoncé vendredi qu'il ne se produira pas à Greensboro (Caroline du Nord), le dimanche 8 avril, dans un long communiqué où il exprime sa colère et son ressentiment face à des lois qu'il désapprouve en bloc.

Le musicien et chanteur canadien, Bryan Adams, a partagé une photo d'un arc-en-ciel, en écho aux couleurs du drapeau LGBT, sur son Instagram, hier, lundi 11 avril. En légende, il adresse un message à ses fans du Mississippi dans lequel il explique pourquoi il annule son show, qui aurait dû avoir lieu le 14 avril prochain : "Usant de ma voix, je me tiens debout en solidarité avec tous mes amis LGBT, afin de révoquer ce projet de loi extrêmement discriminatoire."

  • xHamster, quand le porno se veut politique

La pornographie pourrait-elle être avoir un impact fort en politique ? C'est ce que croit l'entreprise xHamster.com, qui a pris la décision de bloquer son site à tous les internautes dont l'adresse IP est localisée en Caroline du Nord, afin de marquer sa ferme opposition à la loi HB2, estimée discriminante envers les LGBT. Depuis lundi après-midi, les internautes de Caroline du Nord qui souhaiteront regarder du porno sur xHamster n'auront droit qu'à un message automatique et un écran noir jusqu'à ce que la loi HB2 soit abrogée. "Nous respectons et étreignons toutes les sexualités," a déclaré le porte-parole d'xHamster lundi dans un communiqué de presse.

  • Bernie Sanders et Hillary Clinton, en lutte pour les droits des LGBT

Les deux candidats démocrates à l'investiture pour la présidentielle américaine se sont opposés à ces deux projets de loi. Bernie Sanders, démocrate proche du socialisme, a dénoncé ces deux lois fin mars, affirmant que "chaque Américain méritait un traitement égal aux yeux de la loi et que toute personne transgenre devrait pouvoir utiliser les toilettes qui correspondent à son identité."

"Il est temps d'en finir avec la discrimination basée sur l'orientation sexuelle et sur l'identité du genre. Cette loi n'a aucune place en Amérique."

Hillary Clinton, quant à elle, a condamné la loi transphobe de la Caroline du Nord dans un communiqué publié sur son site, fin mars également, titré "Quand il s'agit de discrimination LGBT, la Caroline du Nord n'est pas seule". La candidate et ancienne secrétaire d'État des États-Unis pointe du doigt les différentes régions dans lesquelles les inégalités et les discriminations envers les homosexuels et personnes transgenres sont encore très fortes. Elle promet de continuer à "se battre jusqu'à ce que tous les Américains puissent non seulement se marier mais aussi vivre, travailler, prier, apprendre et fonder une famille sans discrimination."

 "Les personnes LGBT devraient être protégées de toutes discrimations en vertu de la loi."

  • Les grandes entreprises se mobilisent

À l'annonce de ces lois, de nombreuses firmes multinationales ont choisi d'abandonner des projets économiques dans les États concernés, afin de témoigner leur soutien à la communauté LGBT. Selon le site The Vergece sont 80 compagnies technologiques qui ont signé une lettre pour marquer leur opposition à ces mesures législatives. Les dirigeants de Facebook, Apple, Dropbox, Google, Lyft et Tumblr figurent parmi les signataires. Le service de paiement en ligne Paypal a annoncé le retrait d'un important projet économique en Caroline du Nord, afin de contester la loi HB2. L'entreprise renonce à installer un centre opérationnel à Charlotte, qui devait apporter 3,6 millions de dollars dans les caisses de l'État et créer pas moins de 400 emplois. La décision a été prise la semaine dernière.

À voir aussi sur konbini :